Comment travailler en Australie ?

Tu as entre 18 et 35 ans. Tu rêves de travailler toute l’année au soleil, d’aller à la plage une fois ta journée de travail terminée. Ou peut-être rêves-tu de rencontrer des kangourous, de t’évader à occasion d’un road-trip ou de te perdre dans une nature luxuriante. Alors l’Australie est sûrement la destination que tu recherches.

J’ai moi-même eu l’occasion de partir en Australie travailler avec un Permis Vacances Travail. J’y ai séjourné de novembre 2018 à avril 2019 et j’ai principalement travaillé.

Dans cet article, je dresse une liste qui devrait te motiver à faire ton sac pour l’Australie. Puis, je t’explique ce qu’est le Permis Vacances Travail et comment l’obtenir pour passer une année à fuir la grisaille. Je te donne mes recommandations pour trouver du travail rapidement afin que tu ne perdes pas ton temps une fois sur place. Et mon point de vue sur l’ambiance de travail et la rémunération que tu peux espérer.

Pourquoi tenter l’aventure du Permis Vacances Travail en Australie

Être un an au soleil !

C’est-à-dire que pendant un an tu vis l’été non stop ! De quoi faire rager les gens restés en France qui sont sous la pluie. Ça ne te dit pas de passer Noël et le nouvel an en short/tee-shirt? Attention ceci ne s’applique pas à Melbourne qui ressemble beaucoup à Londres sur certains points et notamment celui de la météo !

Économiser un maximum d’argent

Si ton but est de travailler pour ensuite pouvoir te payer des vacances. Alors l’Australie est fait pour toi. La vie est chère mais si tu travailles normalement, tu peux épargner beaucoup d’argent pour visiter l’Asie du Sud Est ou faire un road-trip en Australie. J’ai économisé plus de 4000 euros en quelques mois de travail pour m’offrir deux mois de vacances aux Etats-Unis.

T’ouvrir l’esprit

Australie, terre lointaine avec son histoire, sa culture, sa façon de penser et de faire, son management, son côté « chill out » ou « no worries ». Tu vas découvrir notamment une autre façon de manager. J’ai trouvé beaucoup de bienveillance dans leur management, très loin de ce que j’ai pu vivre en France et ailleurs. De manière générale, vivre et travailler dans un autre pays, t’ouvrira l’esprit et changera probablement ta façon de penser et de voir les choses.

Travailler dans des domaines inconnus

L’Australie offre beaucoup d’opportunités professionnelles dans des domaines qui sont peu connus en France. Je peux te citer quelques exemples : chasseur de perles, travailler dans une ferme solaire ou encore dans une mine d’or. Retrouve une liste de métiers bien rémunérateur un peu plus loin dans l’article 😉

Tester le volontariat

L’Australie est le pays idéal pour tester le Woofing ou le Workaway. Si tu ne connais pas le principe c’est « travailler » quelques heures par jour (normalement pas plus de 25h / semaine) en échange du gîte et du couvert. Alors non, tu ne gagneras pas d’argent mais tu auras le plaisir de te retrouver avec kangourous ou des koalas.

Le plaisir du road-trip

Le plaisir de rouler des kilomètres sans croiser personne sur sa route avec un van ou un 4*4. Rouler en bord de mer, ou dans un désert aride ou encore traverser des forêts luxuriantes et croiser des kangourous qui traversent la route. Le road-trip en Australie de quelques jours à quelques mois offre une grande liberté. Le pays est parfait pour cela avec la mise en place de freecamp et de groupe Facebook pour trouver des « travelmates »

Améliorer ton anglais

Et apprendre le slang Australien. Un avantage indéniable sur ton CV. Partir un an et revenir et avoir un meilleur niveau d’anglais. Si tu vas en Australie pour travailler, tu n’auras pas le choix, il faudra bien le pratiquer et le comprendre. Retrouve dans cet article mes conseils pour améliorer ton anglais.

Cependant, l’Australie n’est plus vraiment la terre promise. Retrouve en fin d’article les difficultés rencontrées lors de mes 6 mois de Permis Vacances Travail et pourquoi j’ai écourté mon séjour !

Mais en attendant, retrouve dans les prochains paragraphes les démarches essentielles pour partir travailler en Australie !

Qu’est ce que le PVT Australie, comment l’obtenir et comment se préparer ?

Le Permis Vacances Travail Australie est tout simplement un visa qui permet aux personnes âgées entre 18 et 35 ans de partir un an minimum en Australie pour voyager et /ou travailler. C’est un Visa qui s’obtient facilement après avoir effectué quelques démarches administratives.

Ce qu’il faut savoir avant de faire ta demande de PVT :

Il n’y a pas de limites de places concernant les Français

Il faut un passeport valide

Être âgé entre 18 et 35 ans

Il vaut mieux avoir une assurance santé

Avoir au moins 5 000 $ australiens sur son compte en banque (soit environ 3 000 euros)

Faire ta demande de Permis Vacances Travail

Il faut faire ta demande sur le site de l’immigration Australienne (qui est en anglais). Cela te prendra moins d’une heure. On te demandera un scan de ton passeport et la preuve que tu disposes d’au moins 5 000 $ Australiens.

Faire sa demande de visa est payant. Le coût s’élève à 445 $ Australien, soit environ 300 euros.

Généralement, tu reçois la réponse en quelques heures à quelques jours. On peut parfois te demander de fournir un casier de judiciaire vierge ou de passer un examen médical, cela arrive souvent si tu as déjà séjourné en Amérique latine ou en Asie.

Dès que tu as la réponse positive pour l’obtention du PVT, tu as un an pour te rendre sur le territoire Australien afin de valider ton VISA. Sache qu’une fois arrivée sur le territoire Australien, tu disposes d’un an sur le territoire pour voyager et / ou travailler.

Il n’y a pas plus simple. Tu n’as plus qu’à aller préparer ton sac à dos 🙂

Personnellement, j’ai fait ma demande en juillet 2018. Ils m’ont demandé de faire une visite médicale par un médecin agrée (suite à mon voyage en Amérique latine). J’ai dû aller à Paris (compter quelques jours pour obtenir un RDV) faire une radio des poumons et une prise de sang. C’était au mois d’août. Une fois cette visite médicale validée, j’ai eu ma réponse positive quelques heures après. En rentrant sur Le Mans, j’ai pris mon billet d’avion pour un départ début novembre.

Comment te préparer avant ton départ

Si la raison principale de ta venue est le travail, je te conseille de rédiger ton CV avant de venir. Cela te fera gagner du temps. Je t’encourage à regarder sur Internet les modèles de CV australiens qui sont différents du CV Français. Par exemple, il n’y a pas de photo, aucune mention de l’âge ou du statut marital.

Il faut également que tu choisisses ta ville d’arrivée. Prends en compte que l’Australie est immense et que plusieurs centaines de kilomètres séparent les grandes villes. Définis bien avant de partir ta ville d’arrivée en fonction du travail. Par exemple, ta ville d’arrivée sera différente, si tu cherches à travailler dans les fermes ou dans l’hôtellerie/restauration.

Je te conseille également d’arriver dans une ville où il y a peu de backpackers à cette période de l’année. Cela fera moins de concurrence pour trouver du travail et tu seras moins tentée de parler français 😉

Une fois que tu as choisi ta ville d’arrivée, il ne te reste plus qu’à réserver ton billet d’avion et réserver une semaine dans une auberge de jeunesse sur Booking ou HostelWord

Les Premiers jours en Australie

Ça y est, tu as posé tes bagages. Tu es remise du décalage horaire. Il est temps maintenant de te concentrer sur ta recherche d’emploi. Avant tout concentre-toi sur les démarches administratives. Elles sont peu nombreuses et peuvent se faire en une journée avec une bonne organisation.

Ouvrir un compte en banque

Et oui, son compte en banque, pas de fiche de paie. Pour ouvrir un compte en banque, on te demandera ton passeport et une adresse postale. Si tu n’as pas encore d’adresse fixe, cela peut être l’adresse de ton auberge de jeunesse.

Les principales banques en Australie sont WestPac, la NAB, ANZ et Commonweath. La plupart de ces banques te proposeront d’ouvrir un compte en banque ainsi qu’un « saving account » (pour épargner) avec un an sans frais. Tu recevras ta carte bancaire quelques jours plus tard à l’adresse postale donnée.

Si tu as besoin de transférer ton argent de ton compte en banque Français vers ton compte en banque Australien, je te conseille d’utiliser Transferwise (peu de frais, rapide et taux du jour garanti).

Personnellement, j’ai choisi la banque WestPac. Je me suis rendue dans un de leur bureau. J’ai étais bien accueilli. J’ai installé l’application mobile sur mon téléphone et quelques jours plus tard je recevais ma carte chez mon hôte Couchsurfing. Je n’ai pas eu besoin d’utiliser Transferwise à mon arrivée car j’utilise depuis des années la banque N26 qui me permet de ne pas payer de frais à l’étranger. J’ai utilisé Transferwise qu’à mon départ pour convertir mes dollars australiens en euros.

Acheter une carte SIM Australienne

Sans numéro Australien, il va être compliqué de contacter ton futur employeur. De plus, un employeur sera réticent à appeler sur un numéro français. D’ailleurs, n’oublie pas de mettre ton numéro de téléphone Australien sur ton CV 🙂 L’indicatif est (+61).

Il y a plein de façon d’acheter une carte SIM. Tu peux même en trouver dans les magasins Aldi. C’est ce que j’ai fait, je cherchais quelque chose de basique. Une carte SIM où je peux mettre du crédit dessus quand j’ai besoin d’appeler un Australien. J’ai déjà un bon forfait Français avec de la data et des appels/SMS illimitées vers la France depuis certains pays.

Faire son TFN

Le TFN ou Tax File Number est tout simplement ton numéro d’imposition. Il est obligatoire pour travailler en Australie. C’est l’équivalent de notre numéro d’imposition en France. Il faut savoir que comme en France, les impôts sont directement prélevés sur la paie.

Pour l’obtenir, rien de plus simple : tu peux te rendre sur ce site gouvernemental. Tu ne peux faire la demande qu’une fois sur le sol Australien, car ton TFN te sera envoyé par courrier sur le territoire Australien. On te demandera tes informations personnelles comme ton numéro de passeport, nom, date et lieu de naissance.

Une fois que tu as bien complété les informations demandées tu obtiens un numéro de Tax File Number temporaire qui te permet de travailler. Tu recevras par voie postale sous moins de 28 jours ton numéro définitif.

Tu as maintenant en main, tout ce qu’il te faut pour trouver du travail. C’est-à-dire un CV à la mode Australienne, ton TFN, un numéro Australien pour qu’un employeur puisse te contacter, un compte en banque pour recevoir ta première paie et même une adresse postale (même si c’est celle de ton auberge de jeunesse). Je t’explique comment faire dans la suite de cet article, reste bien attentive !

Chercher du travail en Australie, et ensuite?

Comme je l’évoque plus haut dans l’article, l’Australie n’est plus l’eldorado. Depuis, plus de 10 ans maintenant, c’est devenu une destination phare de nombreux jeunes venus du monde entier pour voyager et travailler. La concurrence est plus rude. Il faut savoir jouer des coudes pour trouver du travail, néanmoins rien n’est impossible. Sache juste que cela peut s’avérer compliqué et que j’ai vu de nombreuses personnes rentrer plus tôt car elle n’avait plus d’économies !

Idée de jobs rémunérateurs

  • Picking et packing au rendement : il y a de nombreuses fermes en Australie. Privilégie les fermes au rendement et assure toi d’arriver au bon moment (ni trop tôt, ni trop tard). Retrouve dans le PDF ci-dessous les bonnes saisons pour arriver en fonction de l’État australien et le type de cultures. Les fermes de coton et d’avocats sont réputées pour être les plus lucratives.
  • Chasseur de perles : Mais de quoi peut-il bien s’agir ! Il s’agit tout simplement d’ostréiculture. Sur les côtes près de Darwin, au Nord de l’Australie. On retrouve des parcs à huitres, elles sont cultivées pour leurs perles. Le poste est généralement nourri et logé et on y gagne bien sa vie. Cependant, il s’agit d’un travail fatiguant et physique
  • Travailler dans une ferme solaire : Il s’agit de travailler dans les immenses installations de panneau solaire. Pour cela il te faudra avoir la certification « White Card » (pas de panique j’en parle plus loin dans l’article). Il est souvent difficile de trouver du travail, mais si tu réussis c’est le graal financièrement parlant 🙂
  • Traffic Controler : un mot bizarre pour parler de ces personnes qui tiennent des panneaux ou des feux tricolores en bord de route à l’attention des automobilistes. Pour cela il te faut la « blue card ». C’est un métier physique, car tu es debout toute la journée, en revanche cela est très bien rémunéré ! Et ne demande pas beaucoup de qualification à part peut être un bon niveau d’anglais.
  • Travailler dans une mine ou à proximité : la terre Australienne regorge de minéraux précieux tel que l’or, argent, l’opale, le cuivre, le cobalt. Le combat sera difficile pour obtenir une place mais tente ta chance. En général, à l’intérieur même des mines, les agences préfèrent embaucher des Australiens ou des personnes qualifiées. Cependant, tu peux trouver plus facilement du travail autour des sites de mines, que se soit dans l’hôtellerie ou la restauration, le ménage… C’est souvent bien payé car éloigné de toutes « civilisations ».

Les principales certifications

De quoi s’agit-il? C’est un bout de papier qui te permet de travailler dans certains secteurs d’activités. Sans ces qualifications, tu ne peux simplement pas travailler. Tu peux passer certaines de ces formations en ligne ou dans des centres spécialisés. Les coûts vont de quelques dizaines d’euros à plusieurs centaines d’euros. Je vais te parler que des trois principales.

Le RSA : C’est la certification pour travailler au contact de l’alcool. Que tu décides de travailler comme serveuse ou barmaid. Il te faudra cette certification pour travailler dans tous les lieux ou il y a de l’alcool : restaurant, pub, casino. C’est la certification indispensable pour l’hôtellerie/restauration ou hospitality comme ils disent !

La White Card : c’est la certification pour travailler dans le bâtiment et sur les chantiers. Même si tu trouves un travail pour nettoyer un chantier (embauche beaucoup les femmes) il te faudra cette certification. On la demande également dans les mines.

La Blue card : cette certification est utile pour devenir traffic controler. Elle est un peu plus chère et vient en complément de la white card. Mais au final, elle est vite remboursée au vu du taux horaire d’un traffic controler.

Il existe d’autres certification comme celle te permettant de conduire un chariot élévateur. Tu trouveras plein de renseignement sur Internet.

Ou trouver du travail

Afin de trouver du travail rapidement, il est mieux d’utiliser les 3 méthodes citées ci-dessous. Multiplie tes chances de trouver du travail rapidement. La concurrence est vraiment rude. Pense à mentionner que tu as ton TFN, un visa (PVT) qui te donne le droit de travailler sur le territoire Australien ainsi qu’un compte en banque. Écris également tes certifications si cela à un rapport avec le job. Tu peux mentionner ces informations sur le CV ou la lettre de motivation.

Les applications

La principale application est Gumtree. Tu peux te créer un compte et avoir ton propre profil. Cette application te permet de répondre aux offres et de déposer également ta requête à l’aide d’un CV et d’une lettre de motivation.

Tu peux également utiliser Indeed, seek, Linked In. Tout va dépendre dans quels domaines tu cherches. Le mieux est d’en avoir le plus avec un profil bien rempli !

Les agences d’intérim

Ou Recruitment Agency, tu retrouveras en Australie, les mêmes agences d’Intérim qu’en France : Hays, Adecoo, Manpower, AllStar.

Le mieux étant de chercher sur google maps « Recruitment Agency » et de te rendre à celles qui sont le plus proche de chez toi 🙂

Il y a également des agences spécialisées pour les backpackers. J’avais personnellement était chez au JobShopInfo à Perth.

Le bouche-à-oreille

C’est la façon dont j’ai trouvé mes deux jobs en Australie. Ce n’est donc pas à négliger. Rien de tel pour montrer ta motivation que d’arriver directement sur un chantier ou dans un restaurant, en tenue adaptée, prête pour un essai avec ton CV à la main.

Essaye de cibler ton porte-à-porte. Pour cela regarde s’il n’y a pas une pancarte à l’entrée du magasin demandant du personnel. Si tu as vu une annonce sur une application et qu’il y a l’adresse, n’hésites pas à te rendre sur place avec ton CV.

Pense également à ton auberge de jeunesse. Demande aux gens autour de toi, ou ils travaillent et s’ils cherchent du monde, si ça recrute en ce moment. Pense aussi aux petites annonces déposées dans les auberges de jeunesse. Tu sais d’avance que les employés cherchent des backpackers. Mais fais bien attention aux arnaques !

Penses au groupe Facebook. Il y en a plein en anglais et en français, multiplies tes chances de trouver un travail. Poste toi-même une annonce et réponds à celles qui intéressent.

A mon arrivée, j’ai effectué les démarches administratives et passer le RSA en ligne. J’ai obtenu un travail après deux semaines de recherches intensives. Cela s’est fait uniquement par le bouche-à-oreille. J’ai également beaucoup postuler par Gumtree et j’ai fait quelques agences d’Intérim en vain. J’ai vite compris que trouver un emploi était difficile et qu’il ne faut surtout pas baisser les bras ! Il faut savoir sortir de sa zone de confort et bouger géographiquement.

Comment se passe le travail en Australie

Tu viens de décrocher ton premier travail en Australie, toutes mes félicitations 🙂

J’ai pu constater quelques différences avec la France. Le gros point positif pour moi c’est que tu es payée à la semaine. C’est pour moi plus simple d’atteindre mon objectif d’épargne.

L’ambiance est beaucoup plus détendue qu’en France. Cela se ressent surtout dans le management ou en prend le côté humain plus en compte. On te dit souvent de ne pas hésiter à faire des pauses, par exemple. On te félicite et on te remercie pour ton travail, c’est très gratifiant et surtout motivant ! Il y a davantage de bienveillance. Le travail d’équipe est valorisé et encouragé.

La rémunération était ma principale motivation pour venir en Australie est pour cause. Tu es payée à l’heure, tu peux donc cumuler les heures et ta paie peut vite monter. Le minimum horaire est autour de 20$. Si tu travailles la nuit, les week-end et les jours fériés le minimum wage (combien tu gagnes de l’heure) augmente considérablement. J’ai travaillé des jours fériés et j’étais payé 48$ de l’heure. La semaine de Noël, j’ai gagné en une semaine ce que je gagnais en un mois en France !

Une belle façon d’augmenter sa paie et de travailler dans le bush, là ou personne ne veut aller. Le minimum wage est plus intéressant, tu es souvent logée et nourrie. Ta paie c’est donc ton argent de poche. En plus, tu auras moins de concurrence pour trouver du travail.

Je te parlais en début d’article de mes difficultés avec la vie à l’Australienne. Je te conseille de lire mon interview réalisé par le site PVTistes. J’ai en effet fui l’Australie au bout de 6 mois, car je n’ai pas accroché avec les australiens !

Publié par Mélanie

Je m'appelle Mélanie, j'ai 32 ans, je suis originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. Depuis, j'ai voyagé en sac à dos à travers l'Amérique latine pendant 8 mois. J'ai travaillé 6 mois en Australie grâce au Permis Vacance Travail (PVT). J'ai également visité les grandes villes des Etats-Unis pendant deux mois. Je suis en ce moment en France ou je développe mon activité en ligne afin de devenir Digital-Nomad. Mes voyages en 2021 (si la situation le permet) seront de marcher jusqu’à Saint Jacques de Compostelle, de voyager avec le Transsibérien et de visiter (et pourquoi pas m'installer) en Asie du Sud Est. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage à l'aide de contenus de qualités.

21 commentaires sur « Comment travailler en Australie ? »

    1. C’est d’ailleurs dommage qu’il y est une limite d’âge 🙄 Avant l’année dernière, l’Australie c’était jusqu’à 31 ans. Le pays a allongé jusqu’à 35 ans comme au Canada.

  1. Bonjour Mélanie,
    Je suis passée lire cette entrevue de pvtiste et j’ai bien aimé ton honnêteté. J’ai fait un PVT au Royaume-Uni (je suis Canadienne) et j’ai adoré, mais ce n’était pas non plus un long fleuve tranquille. C’est bien d’en parler. 🙂

    1. Bonjour Anne-Marie, merci pour ton retour de l’interview. Il y a parfois des mauvais côté aux voyages et à l’expatriation. Je trouve normal d’en parler pour être le plus honnête possible avec mes lecteurs. Il y a toujours des hauts et des bas, des bonnes et mauvaises expériences. C’est important pour moi de parler des deux. Ça tranche avec le côté paradisiaque des intagrameurs. Tu es restée combien de temps au Royaume-Uni ? Je vis actuellement sur Londres.

      1. Oh oui, je recommande absolument. C’est un peu plus difficile de se trouver un travail là qu’à Londres, mais rien de trop décourageant non plus. Ça vaut la peine, j’ai adoré Édimbourg et les Highands.

    1. Pourquoi pas demander un congé sabbatique ? Si tu es salariée l’entreprise peut te l’accorder au bout de 3 ans dans l’entreprise et ne peut procéder qu’à un seul refus.

  2. J’avais fait la demande du PVT pour le Canada, malheureusement je ne l’ai pas eu. J’ai donc opté pour Londres ! Par contre l’Australie me fait peur à cause des serpents (mdr paie les préjugés mais ma pire phobie) du coup ça me tente pas du tout. Mais c’est une destination relativement facilement accessible quand même par rapport à d’autres pour travailler.

    Super article et mention spéciale pour le petit koala sur ta première photo ^^

  3. Super ton article !!!!! Méga complet franchement. Moi ça me tenterais bien mais bon là j’ai le projet de rentrer en France mais peut être dans un ou deux ans donc j’utiliserais t’es conseils! Il me reste 4 ans pour la limite Hahahahah

  4. Bravo pour l’article, super complet👏😮 ! Je suis partie aussi, mais avec d’autres programmes (SVE – Eurodyssée, Erasmus) et je me dis heureusement qu’ils existent, ça apporte tellement ! C’est vrai que le gros bémol est qu’à chaque fois il y a une limite d’âge, il serait intéressant de créer un programme « spécial senior » à ce moment 😝

    1. Nous avons de la chance d’avoir beaucoup de programme étatique qui nous permettent de voyager et de découvrir d’autres cultures. Je suis d’accord avec toi pour le « spécial senior ». Je pense vraiment qu’un jour les restrictions d’âge disparaîtront. Le pvt est très populaire et on voyage de plus en plus quelque soit notre âge 😊

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :