Comment devenir digital nomad en 5 étapes
Devenir digital noamde et parcourir le monde - San Francisco

Comment devenir digital nomad en 5 étapes

5
(1)

Comment devenir digital nomad, une question que je reçois souvent. En effet, ce mode de vie attire de plus en plus de personnes qui souhaitent trouver leurs voix, un sens à tout ça, s’émanciper de nos sociétés, découvrir la vraie liberté.

NOTE : cet article te présente toutes les étapes pas à pas pour devenir digital nomad, afin de t’aider à toi aussi devenir digital nomade, je t’invite à obtenir gratuitement cet article sous format PDF (tu recevras une newsletter chaque semaine pour t’accompagner vers ce changement de vie)

Devenir digital nomad, ce n’est pas rose tous les jours (article sur les avantages et inconvénients) mais crois-moi, ça vaut le coût !

Pour chacune des étapes mentionnées, je te montrerai comment j’ai fait concrètement avec le blog voyage et mon activité de freelance : comment trouver l’idée, comment valider l’idée, comment.

Si tu veux en savoir plus sur mon parcours de digital nomad, tu trouveras un article complet ici.

Je préfère être honnête avec toi, devenir digital nomad demande du temps, de la patience, de la persévérance.

Devenir digital nomad demande d’échouer, d’aller à contre-courant (même si ce mode de vie est de plus en plus commun), d’avoir un mental d’acier.

Devenir digital nomad demande une certaine préparation, bien que tu vas découvrir un moyen simple, encore plus simple, depuis la crise sanitaire, qui peut te permettre de faire tes valises et devenir digital nomad plus rapidement, que ce que tu crois.

comment devenir digital nomade
Comment devenir digital nomad en 5 étapes

1/ Qu’est-ce qu’un digital nomad

Mais avant de devenir digital nomad, je vais t’en donner une définition.

Le digital nomadisme est un mode de vie. Qui permet à toutes personnes de travailler et de voyager en même temps (enfin presque : un article à ce sujet)

Devenir digital nomad, ce n’est pas un métier, mais un mode de vie.

Le digital nomadisme permet de travailler partout dans le monde tant que tu as une connexion internet et un ordinateur.

2/ 3 méthodes pour devenir digital nomad

Il existe trois manières de devenir digital nomad, je vais en détailler deux en profondeur, ici. Tu trouveras un article hyper complet sur ces 3 manières de devenir digital nomad ici

A/ Devenir digital nomad : Télétravailler à 100%

La méthode la plus simple est de trouver un contrat en télétravail. Si tu travailles déjà derrière un ordinateur tout le long de tes longues journées de salariés, alors pourquoi ne pas demander à ton chef de télétravailler plus souvent ?

La crise du covid a prouvé aux entreprises que ce fonctionnement était viable. Que leurs salariés étaient plus épanouis, et donc plus productifs.

Le télétravail est devenu monnaie courante, c’est donc plus simple de devenir digital nomad de cette façon.

Si tu es déjà en télétravail une partie de la semaine, demande à passer à 100% et à toi la vie de digital nomad (article quotidien digital nomad)

Si, ce n’est pas encore le cas, demande à travailler 1 à 2 jours en télétravail. Pour donner confiance à ton patron, travaille même mieux que lorsque tu es physiquement au travail. 

Il verra alors de son point de vue tous les avantages à te laisser télétravailler à 100%

Tu peux retrouver cette astuce dans le livre de Tim Ferris, très connu dans le monde des digital nomades. Ici, tu as d’autres livres qui t’aideront à devenir digital nomad.

Si ton métier ne se passe pas encore derrière un ordinateur à longueur de journée, alors la suite va t’intéresser.

B/ Devenir digital nomad : le freelancancing

Devenir freelance, c’est échanger des compétences contre un salaire. On reviendra sur l’idée de compétences et comment trouver sa compétence dans un prochain chapitre.

Il existe de nombreux métiers en freelancing qui peuvent d’exercer à distance, de la plus grande entreprise, à des start-up, jusqu’à l’entrepreneur individuel, et ainsi devenir digital nomad.

Le freelance est aussi souvent appelé consultant

Je te donne 3 exemples de métier de freelance pour devenir digital nomad que je connais bien :

Rédacteur web SEO : rédige des articles pour des entreprises qu’il sera capable de référence, c’est-à-dire d’obtenir la première place sur Google (comme l’article que tu es en train de lire

Community manager : s’occupe des réseaux sociaux des entreprises, d’instagram, à facebook, à tik tok.

Copywriter (mon métier) : il s’agit aussi de rédiger des textes (newsletter, page de vente, …) mais cette fois-ci pas pour Google, mais pour les lecteurs, et les inciter à passer à l’action (s’inscrire à une newsletter, commenter un article, acheter un service,…)

porto devenir digital nomade
Visiter le Portugal quand on est digital nomad

C/ Entrepreneur du web avec le business en ligne

Bien que je considère les freelances comme des entrepreneurs du web, qui ont eux aussi, un business en ligne qui permet de devenir digital nomad. Certains font cette distinction.

Alors, c’est parti.

Je ne parlerai pas de tout ce qui est MLM (service pyramidaux) et du dropshipping (vendre des produits à des particuliers chers, obtenus moins chers sur certaines plateformes chinoises, notamment). Car ces deux méthodes ne correspondent pas à mes valeurs d’honnêteté, de transparence,…)

Je suis de celles et ceux qui ont choisi de devenir entrepreneur ou freelance pour un monde meilleur, pour donner un sens à sa vie, et pour kiffer.

Et encore une fois, je vais te parler de ce que je connais le mieux.

Les coachs qui ont fait de leurs métiers une véritable passion aux services d’autres. Il peut s’agir de coach de vie, coach business, coach instagram, coach en rédaction, coach sportif, professeur de yoga, coach pour mincir, pour se muscler, coach pour arrêter de fumer, coach en organisation, coach pour bien ranger sa maison, coach ikigai, coach en human design,…

Bref, ce sont des métiers de l’accompagnement qui aident des personnes à devenir la meilleure version d’eux-mêmes

Le métier de formateur, ou d’infopreneur. Je suis également formatrice, j’accompagne les entrepreneurs du web à vivre de leurs business en ligne grâce à des formations.

Ce n’est pas une part négligeable de mon activité, car cela représente 50% de mon chiffre d’affaires. En plus de mon activité de freelance. Je t’explique dans cet article, sur quoi repose les fondations de mon business et comment je fais pour travailler que quelques heures par jours.

3/ Les 4 mythes de l’entrepreneuriat à dégommer

On va commencer par dégommer quelques idées reçues de l’entrepreneuriat (business en ligne et/ou freelance). Ces croyances sont pourtant bien ancrées dans nos sociétés.

L’entrepreneuriat est risqué 

Nos sociétés sont prêtes pour que notre jeunesse donne 5 années de leurs vies pour obtenir un diplôme sous-évalué, sans certitude de trouver un CDI

Mais donner un à deux ans de sa vie à un projet de cœur, à sa passion, à un projet qui peut complètement changer nos vies… C’est encore mal vu !

L’entrepreneuriat est risqué car il implique de gros investissements : Bien sûr, nous avons tous les images des start-up qui lèvent des millions d’euros de fonds.

Mais aujourd’hui, devenir digital nomad et donc entrepreneur du web est beaucoup plus accessible en termes de finance. En effet, il n’est plus nécessaire de louer “un magasin”, plus nécessaire d’acheter des marchandises, plus nécessaire d’avoir des salariés pour faire tourner la boutique.

Attention, je te dis pas que tu peux quitter ton CDI pour devenir digital nomad du jour au lendemain. Tu peux par exemple lancer un side project, c’est-à-dire, continuer de travailler et lancer ton projet en parallèle.

Des fonds sont nécessaires pour se lancer, créer un site web, déléguer certaines tâches, se former, trouver un accompagnement qui nous correspond

Mes débuts de digital nomade à Londres devenir
Mes débuts de digital nomade à Londres

Le mythe de la super idée

L’image de la personne qui se lève un matin avec une idée géniale… Une idée vue nulle part ailleurs.

Ce mythe est très souvent propagé par des films comme The Social Network, ou Mark Zuckerberg aurait trouvé l’idée de Facebook en se faisant larguer par sa copine.

Ce mythe propage l’idée du petit surdoué, comme la biographie d’Elon Musk, ou on insiste bien sur son QI et sa capacité intellectuelle hors norme.

D’ailleurs, si ton idée n’as pas déjà été développée, c’est plutôt mauvais signe… Cela veut plutôt dire qu’il n’existe pas de marché, donc pas de potentiels clients, et donc pas de revenu. Tu découvriras dans la suite de l’article comment savoir si ton idée est viable

Réussir seul

Encore une fois, un mythe propagé par les nombreux films Hollywoodiens, de Steve Jobs, à Mark Zuckerberg, et autre.

Ou encore cette phrase misogyne : derrière chaque grand homme se cache une femme.

La vérité est tout autre, prenons par exemple l’histoire de Thomas Edison, ce petit génie qui est l’inventeur de la lampe électrique, seul, dans un sous-sol obscur en 1878.

Voici ce qu’on peut trouver sur la toile (référence) : En 1857, âgé de 10 ans, Thomas possède déjà un petit laboratoire de chimie dans le sous-sol de la maison de ses parents pour développer son intelligence et ses capacités, en reproduisant les expériences de School of Natural Philosophy

Alors que la vérité est toute autre (même source) En 1874 avec les 40 000 dollars récoltés de son télégraphe multiplexé, il fonde son entreprise industrielle avec des laboratoires de recherche. 

Il est précurseur de la recherche industrielle moderne appliquée, avec deux associés et une équipe de 60 chercheurs salariés (au lieu de chercheurs isolés). 

Il supervise jusqu’à 40 projets en même temps, et se voit accorder un total de 1 093 brevets américains. 

Si tu n’as qu’une chose à retenir de ce mythe qui a la peau dur

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Ils ont quelques choses en plus : “Anyone can be an entrepreneur”

Surdoué, entrepreneur qui dort 4 heures par nuit, personnes capables de bosser 120 heures par semaine (Elon Musk), d’y arriver seul, sans équipe…

Le mythe du super héros a encore de beaux jours devant lui.

Alors que la réalité est tout autre ! Comme le dit un célèbre entrepreneur, Oussama Ammar “tout le monde peut devenir entrepreneur” et donc digital nomad.

Même si je pense qu’un entrepreneur peut surgir de n’importe ou, en revanche tout le monde ne veut pas et ne peut pas devenir entrepreneur. Il faut certaines qualités qui sont pour moi fondamentales si on veut réussir à devenir digital nomad.

Devenir digital nomad ou entrepreneur, ce n’est pas rose tous les jours. Entre pression relation client, savoir se vendre, gérer les fluctuations de chiffre d’affaires, mais aussi la patience, la persévérance…

Rentrons dans le vif du sujet, avec les 5 étapes concrètes pour devenir digital nomad.

destination devenir digital nomade
Ma première destination comme digital nomade : Les Açores

4/ Étape 1 pour devenir digital nomad : Trouver une idée

Comme j’ai plaisir à le dire, je ne suis pas venue là pour souffrir ! Alors quitte à changer de métier, à bousculer les codes établis, autant faire ce que j’aime, autant vivre de ma passion.

C’est exactement ce qu’on va voir dans ce chapitre. 

Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.

Confucius

Dans cette partie on va se baser sur ce que tu as déjà : des compétences, des loisirs, ton savoir être, tes passions, …

A/ Pourquoi tes amis t’appellent-ils ?

On a tous des talents cachés, qu’on ne voit même pas, car pour nous c’est évident. En revanche, nos amis sont susceptibles de détecter cela.

Par exemple, mon oncle à récemment aménagé. Sa décoration est juste sublime, il est certain qu’il a un certain don. Quand je lui ai fait la remarque, il n’a rien trouvé d’exceptionnel, car pour lui, c’est normal, c’est son talent caché. Alors que de mon côté, cela m’a sauté aux yeux qu’il avait un excellent goût.

Puisque tes amis, ton entourage, ta famille le savent, tu n’as plus qu’à faire la liste de pourquoi t’appellent-ils ?

Est-ce en cas de peine de coeur ? Est-ce pour rédiger un CV ? Est-ce pour négocier un contrat immobilier ou une rupture conventionnelle ? Est-ce pour savoir quels ingrédients tu as mis la dernière fois que tu les as invités ? Est-ce pour avoir une de tes créations ? (peinture, lessive maison, …) Est-ce pour savoir comment tu voyages tout le temps ? Est-ce pour réparer l’ordinateur ? Comment as-tu réussi ta perte de poids ? Comment as-tu arrêté de fumer ? …

Mes amis étaient très admiratifs de mes voyages en solo. Lorsque je partageais mes voyages sur les groupes facebook, je recevais toujours les mêmes questions, les mêmes interrogations, comment j’ai fait ci, ou ça. Comment j’ai épargné, etc. 

L’idée du blog voyage est venue de ces questions

devenir nomade digital
Nice : voyager et travailler en même temps ! Le kiffe

B/ Tes moments de flow

Les moments de flow, c’est lorsque tu fais une activité, et que tu ne vois pas les heures passer. 

C’est un concept développé dans un excellent livre de Mihály Csíkszentmihályi “Flow”.

Ce sont ses moments si particulier, où on peut t’appeler pendant des heures pour déjeuner, et ou tu n’entends même pas, d’ailleurs tu ne ressens même pas la faim.

Ces moments ou les heures se sont transformées en minutes.

Tu es à fond dans quelque chose, cela te tient éveillé jusque tard dans la nuit.

Pour moi mes moments de flow sont lorsque je rédige, lorsque je crée des formations en ligne, lorsque je suis en soirée avec des amis à refaire le monde, lorsque je lis de bons livres de philo, de psycho, ou de business, lorsque j’ai de puissantes conversations.

Cela peut-être quand tu cuisines, quand tu te formes, lorsque tu lis, écris, montes une vidéo…

A toi de noter, ses moments de flow et d’apprécier encore plus ces moments rares

C/ Ce que tu sais déjà faire

Que cela soit lors de ton parcours par tes études, parce que tu as appris en travaillant, ou encore ce que tu as appris par toi-même.

Il s’agit de lister toutes les compétences que tu as déjà.

Pour cela, je t’invite à noter tout ce que tu as déjà fait dans ta vie, quel projet as-tu mené à bien, quelles compétences as-tu apprises et mis en pratique dans ton premier job, dans le dernier, à l’école ?

Si je prends par exemple mes études de géologie pétrolière, tu te dis que cela n’a pas grand chose à voir avec ce que je fais à présent et pourtant, voici les compétences que je réutilise pour mon nouveau métier et qui m’a en quelque sorte permis de devenir digital nomad.

Rédaction d’articles scientifiques : utile pour être à la pointe des neurosciences, sciences sociales, psychologie de l’être humain, biais cognitifs, ….

Rédaction de rapport (de stage ou autre) : rédaction d’articles, rapport détaillé pour mes clients

Esprit de synthèse que j’ai du développer lors de mes études

Savoir mener un projet de A à Z et mettre les actions en place pour y arriver

Mon niveau en anglais me permet de voyager à travers le monde, mais aussi qui me permet de lire la littérature scientifique

Tu noteras que parmi ses compétences, il y en a qui se retrouvent dans le savoir-être. Je peux en rajouter quelques une ici : mon sens de l’organisation, mon sens des priorités, etc

D/ Les épreuves/challenges que tu as traversés avec succès

Parce que dans nos vies, nous avons tous rencontré des difficultés, des challenges, des défis à relever.

Je t’invite à les lister.

Pour moi ce fut une perte de poids de 50 kilos en moins d’une année

Arrêter de fumer (bon même si depuis j’ai repris)

Tout quitter (travail, logement) pour voyager dans le monde

M’orienter dans de nouvelles activités professionnelles (géologue, commercial, barman, copywriter,…)

Devenir digital nomad (ce fut un sacré challenge)

San Pedro de Atacama – Chili – Mon premier voyage solo

E/ Ce qui t’énerve au plus au point

Parce qu’on a tous des sujets qui nous tiennent à cœur, puis des pratiques, des manières de faire qui nous énervent.

Cela fait souvent appel à nos valeurs les plus fortes.

Pour moi la liberté, première de mes valeurs, le pass sanitaire m’a révolté

L’injustice, je lutte contre l’ignorance et pour ma classe sociale d’origine

L’honnêteté, je ne sais pas mentir, le mensonge par omission ou voulu m’exaspère au plus haut point (coucou la politique)

Par exemple, pour moi, ce qui me met dans des états colériques

L’ignorance des gens (voulu et/ou provoqué) par la société que je répare grâce à mes formations en ligne

L’injustice des classes sociales, qui m’amène à étudier la sociologie (utile dans mon métier de copywriter)

Les arnaques courantes dans mon métier qui m’amène à donner le meilleur de moi-même pour mes prestations pour mes clients que lors de mes formations en ligne

Liste tes valeurs les plus profondes, et tout ce que tu trouves anormal dans notre système actuel.

Souvent la colère est un excellent moteur pour atteindre notre but, tout comme la définition de nos valeurs. Si tu veux aller plus loin, sur ce sujet, je t’invite à lire, l’excellent livre de Simon Sinek “Commencer par le pourquoi”

Ou encore regarder cette conférence TED X (du même monsieur) avec plus de 58 millions de vues (possibilité de sous-titrés en français)

F/ Lister tes passions

Cette étape arrive en dernier, car tout le monde n’a pas de passion et c’est OK !

Je ne pensais pas me prendre de passion pour la rédaction… Et pourtant, mais de la à dire que c’est une passion, il y a quand même un monde.

Maintenant que tu as listé :

1/ Pourquoi tes amis t’appellent ?

2/ Tes moments de flow

3/ Ce que tu sais déjà faire (compétence, savoir-être, connaissance)

4/ Les épreuves que tu as traversées avec succès

5/ Ce qui t’énerve et tes valeurs

6/ Tes passions

Tu dois avoir une petite idée de ce que tu pourrais faire comme travail “pour le restant” de tes jours et ainsi devenir digital nomad. Mais attention, toutes les idées ne mènent pas à des business viables et rentables. Toutes les idées ne sont pas bonnes pour devenir digital nomad.

En revanche, si tu en as, alors je t’invite à les lister.

5/ Étape 2 pour devenir digital nomad : Comment savoir si ton idée est rentable et viable

devenir digital nomad
Apprécier le chemin, pas seulement la destination

Maintenant que tu as listé tes compétences, connaissances, savoir-être, tes passions,…

Il faut vérifier qu’il existe un marché. Que des personnes, particuliers ou entreprises, sont prêtes à acheter ton “idée”.

Je vais donner quelques exemples

Si tu as réussi à perdre du poids grâce à une méthode spécifique, tu pourrais partager la méthode qui t’a permis de mieux te sentir dans ton corps.

Si tu es une pro de la cuisine chinoise, tu pourras partager tes meilleures recettes, apprendre aux gens à cuisiner, ou encore monétiser un blog de cuisine chinoise.

Si tu as une compétence de montage vidéo, tu peux aisément devenir freelance et aider les nombreux youtubeurs à monter leurs vidéos.

Si tu aimes transmettre, tu peux donner des cours particuliers ou créer des formations en ligne

Pour que ton idée soit viable, elle doit solutionner un problème ou répondre à un besoin.

A/ Résous-tu un problème DUR ou un besoin urgent

D.U.R pour Douloureux, Urgent et Reconnu

Il C’est plus facile de vendre une solution qui permet de récupérer son ex, que de trouver l’amour. En effet, dans le cas de récupérer son ex, la douleur de la personne est douloureuse et urgente. Quant à trouver l’amour… Il peut parfois attendre.

Il sera toujours plus simple de vendre un médicament que de la vitamine.

L’humain est plus sensible à la notion de douleur que de plaisir. L’humain est plus sensible à court terme qu’à long terme (j’en veux pour preuve l’inaction climatique). Enfin, l’humain est plus sensible à une perte qu’à un gain.

Trouver un problème DUR, est une étape compliquée, qui demande du temps, qui demande de connaître son marché. On en parlera dans un prochain chapitre. 

C’est souvent à cette étape qu’on remarque, que le mieux serait d’être accompagné, pour passer de l’idée à une activité viable (et ça tombe bien, cela fait partie de mes compétences)

Visiter les plus grandes villes des Etats-Unis

Comment je suis partie de l’idée d’un blog sur le voyage à un blog rémunérateur ?

L’idée d’un blog voyage est venue spontanément. Le voyage fait partie de mon quotidien depuis 2017. Le voyage est clairement ce que l’on peut appeler une passion.

Mais avant cela, j’ai dû vérifier que je pouvais résoudre un problème pour les voyageurs.

Partant de l’idée d’un blog voyage, j’aurai pu monétiser des “carnets de voyage” sur telle ou telle destination.

Je peux accompagner des personnes à voyager seule via des coachings (j’ai testé)

Je peux monétiser mon blog avec de l’affiliation (il y a quelques liens affiliés sur le blog)

Je peux créer une formation qui résout le problème d’oser voyager seule, de démonter les peurs, les blocages, et de proposer une formation qui parle d’organisation, de budget, … (Une des options que j’ai choisies).

Je peux vendre mon travail de rédactrice web à des entreprises.

Je peux devenir consultante en stratégie de création de contenu et de référencement SEO

Le blog voyage me permet de monétiser ce dernier, de différentes manières, avec des ressources différentes.

Je réponds à un besoin pour les voyageuses, qui est celui de les inspirer, motiver, préparer à un voyage solo.

Je réponds à une douleur pour des entreprises : se faire connaître, créer du contenu optimisé pour le référencement SEO

B/ Existe t-il un marché ?

Est-ce qu’il y a déjà des entreprises positionnées sur ton idée, sur le problème que tu souhaites résoudre, sur un besoin auquel tu réponds ?

Encore une fois, plus il y a de concurrence, plus il y a un marché à se saisir.

Est-ce qu’il existe des livres à ce sujet ? Des groupes Facebook ? Des forums ?

L’idée ici, est de voir si des personnes sont déjà prêtes à débourser de l’argent pour résoudre leurs problèmes.

Si on reprend les exemples donnés précédemment

La perte de poids est l’un des plus gros marchés

La cuisine : on ne compte plus le nombre d’émissions de télé, de livres pour bien cuisiner, de blogs autour de ce sujet, sans compter les groupes Facebook. Il y a clairement un marché.

Montage vidéo : un petit coup d’œil sur Youtube, pour s’apercevoir qu’il existe plein de tutoriels pour monter des vidéos. Le marché est présent

Cours ou formation en ligne : le monde des formateurs en ligne, aussi appelée l’infopreneuriat est de plus en plus gros d’année en année. Nos sociétés commencent à comprendre, que l’école c’est bien, mais apprendre et se former tous les jours est devenu essentiel, dans nos sociétés qui évoluent de plus en plus vite.

Sans compter pour le voyage solo au féminin, le nombre de blogs, de livres, de groupes Facebook, et de forums à ce sujet.

Réaliser ses rêves

6/ Étape 3 : Identifier ta cible

Comme le dit l’adage, parler à tout le monde, c’est parler à personne

Si j’avais juste un blog voyage, je n’aurais pas pu créer une communauté, vendre mes services à des particuliers mais aussi à des entreprises.

J’ai fait le choix de me concentrer sur les femmes qui souhaitent voyager seule, plutôt jeune, avec un faible budget, qui apprécie les voyages au long cours (tour d’Europe, Compostelle, …). J’ai décidé de parler davantage de VIE, d’expatriation, d’expérience comme ceux de Tour du Monde.

J’aurai pu par exemple, me centrer sur un pays, ou sur les city-trips en Europe, sur la randonnée, ou encore sur la van life.

Pour identifier ta cible, il faut savoir avec qui tu souhaiterais travailler,

Des femmes, des hommes, des salariés, des entrepreneurs, des femmes qui souhaitent perdre du poids avant un accouchement, des hommes qui souhaitent se muscler,….

Avoir un client idéal bien défini permet d’être spécifique, de devenir numéro de sa thématique, car elle est précise, de déjouer la concurrence mais aussi de répondre à un problème spécifique.

7/ Étape 4 : Connaître son client idéal et proposer un service ou un produit

Maintenant que tu as déterminé avec qui tu souhaites travailler. Il faut apprendre à connaître ta cible par cœur. C’est l’un des secrets de toutes les entreprises qui cartonnent.

Plus tu connaîtras ton client idéal, plus tu sauras résoudre son problème ou répondre à un besoin, au mieux tu seras la personne qui peut l’aider.

Il faut ainsi créer une carte d’identité de ton client idéal.

Avec son prénom, son âge, sa profession, son statut marital, son quotidien, ses douleurs, ce qui l’empêche de dormir la nuit, qu’est ce qu’il désire plus que tout, quels sont ses rêves les plus cachés…

Une fois que tu le connaîtras par coeur, que tu auras échangé avec lui, tu seras en mesure de lui proposer un service, un produit. Tu pourras ainsi vivre de ton activité et devenir digital nomad.

8/ Étape 5 pour devenir digital nomad :  Se former et/ou être accompagné

J’ai déjà évoqué ce sujet plus haut. Quand on se lance, tout est nouveau, tout est excitant, la motivation est là. On passe des heures sur notre bébé, on ne compte pas nos heures…

Puis vient un moment, ou il y a trop de frictions, ou on a l’impression de travailler pour rien.

Je tiens à rappeler ici, que l’école ne nous apprend pas à nous émanciper, à devenir entrepreneur (même dans les écoles de commerce)…

Il est important de se former, de se faire accompagner.

Je propose justement un accompagnement pour devenir digital nomad, tu as juste à envoyer un mail à osevoyagerseule@gmail.com pour prendre contact avec moi et me parler de ton projet.

J’ai personnellement beaucoup investi dans mon nouveau projet, dans mon nouveau mode de vie. Devenir digital nomad ne fut pas un long fleuve tranquille, mais aujourd’hui, je vis de mon activité, moins d’un an après m’être lancée.

Voyager et travailler en même temps – Chili

9/ Étape BONUS : Les 3 prochaines actions à mener pour devenir digital nomad

Je te liste les 3 actions à mener, une que tu peux commencer demain, les autres demanderont un peu de temps, mais ce n’est pas la destination qui compte mais le chemin

1/ Créer du contenu

La création de contenu possède de nombreuses vertus. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que toutes les entreprises s’y mettent, de la plus grande à la plus petite.

Aujourd’hui être visible sur internet est la base, et créer du contenu est une évidence pour ces 3 raisons

Se faire connaître

Prouver son expertise

Jouer sur le biais de réciprocité

Ne pas prospecter

Rassembler une communauté

Que cela soit sur les réseaux sociaux (lien groupe facebook), une newsletter (ce que je recommande). La communauté permet de rassembler des “fans” et surtout de trouver tes premiers clients

Trouver ses premiers clients

La tâche la plus ardue, celle qui semble insurmontable, et pourtant sans client, pas de chiffre d’affaires, et impossible de devenir digital nomad.

Heureusement, les étapes précédentes permettent de trouver des clients, sans prospecter.

Tu as aimé cet article ? Laisse un commentaire 🙂

Tu souhaites aller plus loin ? On papote sans pression afin de parler de ton projet et les prochaines actions à mener 🙂 c’est ici : osevoyagerseule@gmail.com

Digital nomade au Portugal : le bilan

J’ai passé 5 mois au Portugal comme digital nomade l’année 2021, découvre le bilan de ces différentes expériences. Mais aussi les +, et les moins

digital nomades

Ce que les digital nomades ne te disent pas !

Je te dis tout (ou presque) sur ce que les digital nomades ne te disent pas… Ce qu’ils omettent de te dire, parfois volontairement ou tout simplement parce que c’est dur de se montrer vulnérable sur les réseaux sociaux !

ou travailler digital nomade

Ou travailler quand on est digital nomade ?

Quand on est digital nomade se pose rapidement la question d’où travailler ? Comment trouver un endroit calme, reposant, créatif, apaisant, où il est possible de travailler sereinement, tout en restant concentrée et productive.

Tu as aimé cet article ?

Appuie sur un coeur pour voter

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote 1

Pas encore de vote, sois le premier

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Mélanie

Je m'appelle Mélanie, j'ai 33 ans, originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. J'ai voyagé en sac à dos à travers l'Amérique latine pendant 8 mois. J'ai travaillé 6 mois en Australie, traversé les États-Unis d'Est en Ouest, vécu à Londres. En 2021, je deviens digital nomade, je visite les Açores, marche 2 mois sur le chemin de Compostelle et je vadrouille à travers l'Europe. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage solo à l'aide de contenus de qualités et pertinents !

Cet article a 2 commentaires

    1. Mélanie

      Merci pour ton retour 😉 si tu as des questions, n’hésites pas

Laisser un commentaire