Geneviève, 20 ans de voyage solo

Toujours dans la continuité de te faire découvrir les témoignages de femmes qui osent voyager seule. Après le témoignage de Laura sur son premier voyage solo en Italie lors de son Erasmus . Aujourd’hui on retrouve Geneviève, Canadienne, qui vit à Montréal, et ses 20 ans d’expériences de voyage solo. Je suis sûre que ce témoignage inspirant va te faire chavirer comme ça a été mon cas.

Raconte-nous ton parcours ?

Je m’appelle Geneviève et je suis aussi connue sous le nom de Surfer girl around the world. Je travaille dans le milieu du cinéma depuis plusieurs années et je suis chef accessoiriste. J’apprécie grandement mon métier de pigiste qui m’offre une incroyable liberté. Ce que j’aime, c’est voyager à travers le monde en solo et parfois avec ma planche de surf. Je suis heureuse dans la jungle du Costa Rica, dans une hutte de bambou sur une île des San Blas au Panama, sur une vague à Waikiki, dans un musée à Rome, dans un Palais Royal à Londres et dans une grande ville comme New York. Pour le moment, j’ai 21 pays de visités pratiquement tous en solo mais ma liste de destinations est encore très longue. Je rêve de visiter pratiquement toute la planète et surfer toutes les vagues du monde !

surf hawaii
Moi, sur ma planche de surf à Waikiki, Hawaii

Raconte-nous tes voyages solo, ou-es tu allé et combien de temps ?

Je pars majoritairement seule depuis plus de 20 ans. Mon plus grand voyage solo a été mon voyage Équateur-Galápagos-Colombie d’une durée de 3 mois. J’ai visité le Costa Rica, le Panama, l’El Salvador, l’ile de Roatan au Honduras, le Pérou, le Nicaragua, l’île de Bali en Indonésie, l’Italie, la Jamaïque, Cuba, la République Dominicaine, Haïti, les iles d’Hawaii, la Polynésie Française, l’Angleterre et j’ai été plusieurs fois au Mexique en voyage solo. La durée varie habituellement entre 3 à 4 semaines à plus ou moins 2 mois. Tout dépend de la destination et de mon budget.

J’ai visité d’autres pays en compagnie d’amie comme la France, l’Islande et bien d’autres. Je voyage aussi très souvent aux États-Unis pour passer quelques jours à New York City que j’adore et que je connais très bien. New York se trouve qu’à 1 heure de vol de Montréal. Ou bien, je vais en surf trip dans le Maine comme à Ogunquit et Old Orchard.

J’ai fait un road-trip en Californie de deux semaines de San Francisco à Los Angeles. Et parfois, je visite une ville américaine lors des longs weekends, comme par exemple Chicago, Seattle pour ne nommer que celles-là. J’ai aussi été plus d’une dizaine de fois à Hawaii, surtout sur l’ile d’Oahu et Kauai pour ma passion pour le surf. J’ai même des amis là-bas maintenant et quand j’y vais, c’est toujours entre 3 semaines à 2 mois.

Vue du haut de Pillboxes Trail, Lanikai, Oahu, Hawaii

Qu’est-ce qui te motive à voyager seule ?

Je suis parti en solo, car c’était plus simple pour moi. Je suis pigiste et je gagne bien ma vie. Je ne peux pas attendre les congés d’une amie ou le temps qu’elle ramasse son budget. Je suis célibataire et téméraire de nature, donc voyager et vivre seule ne m’a jamais fait peur, au contraire. Donc, j’ai commencé par des destinations que je connaissais bien comme Cuba et le Costa Rica et je partais de plus en plus longtemps. Maintenant, je ne me vois pas voyager à deux ou plusieurs. J’ai perdu l’habitude de faire des concessions et j’aime ma liberté.

La Vieille Havane à Cuba
La Vieille Havane à Cuba

Qu’est-ce qui te plaît dans le voyage solo ? Quelles sensations recherches-tu ?

J’aime la liberté. Tu peux faire ce que tu veux, quand tu le veux. Je suis une lève-tôt, j’aime beaucoup marcher mais pas faire de randonnées en montagne. Quand je surfe, je peux faire que ça et je ne bouge plus. Je me réveille, je surfe, je mange, je fais la sieste et je vais surfer à nouveau. Je refais encore et encore la même chose… tant que j’en ai envie ou qu’il y a des vagues. Ça pourrait être ennuyant pour une partenaire de voyage. De plus, on se fait bien plus d’amis et de connaissances en voyageant seule. Ce n’est pas une question de sensations et d’émotions, je pense que vivre seule, voyager seule, apprendre à se débrouiller seule dans la vie, ça fait partie intégrante de moi et de ma personnalité. Je suis une solitaire sociable et j’aime avoir ce que je veux, quand je le veux.

Surfer à Waikiki, sur l’île d’Oahu, Hawaii
Surfer à Waikiki, sur l’île d’Oahu, Hawaii

Comment réagit ton entourage lorsque tu pars “encore une fois” en voyage solo ?

Ma famille et mes amies sont maintenant habituées de me voir partir en solo longtemps. J’ai parfois eu des problèmes comme me faire tout voler après une attaque dans un taxi à Lima et finir à l’Ambassade du Canada au Pérou avec plus rien, sauf mes vêtements sur moi… Mais 3 semaines après mon retour à la maison, j’ai fait une demande pour un nouveau passeport et je suis partie au Nicaragua, au grand dam de ma famille et de mes amies. C’est probablement à ce moment-là qu’ils ont compris que rien ne m’arrêterait de voyager.

J’ai même fait la Colombie en solo durant 2 mois et c’était fantastique. Ça fait partie de l’aventure et j’en sors que plus forte. Ils ont compris que ça me rendait heureuse et que c’était mon choix de vie. Certaines personnes préfèrent avoir une belle voiture, une maison, des enfants… Moi, j’ai une belle carrière et un métier que j’adore, mais j’ai surtout quelques passeports bien remplis, des tonnes de souvenirs, quelques cicatrices et j’adore ça. C’est certain que j’ai perdu quelques amies, par jalousie ou incompréhension, mais si elles étaient vraiment mes amies, elles auraient été heureuses pour moi, pas envieuses.

Relaxer dans un hamac à Palomino en Colombie

Quel était ton niveau d’anglais avant de partir ?

Je suis canadienne donc je suis bilingue à la base même si ma langue maternelle est le français. Je travaille aussi sur des productions américaines, donc je travaille très souvent en anglais. Mon anglais ne sera jamais parfait et j’ai toujours un horrible accent, mais les gens sont respectueux. Ils savent que si j’ai un accent c’est que je parle plusieurs langues, ce qui n’est pas le cas de plusieurs Américains ou Canadiens qui parlent seulement anglais. J’ai aussi appris l’espagnol, cette langue était facile pour moi, donc j’ai fait une immersion espagnole au Costa Rica. Donc, je peux dire que depuis plus de 12 ans, je suis trilingue.

Je parle aussi un peu l’italien, j’ai fait une mini-immersion italienne à Rome l’hiver 2020 durant 3 semaines et après, je suis partie sur la route en Italie en solo pour 1 mois. Donc, j’ai eu la chance de le pratiquer. Je dirais que je comprends assez bien l’italien, mais le parler c’est plus difficile, ça sort parfois en espagnol de ma bouche. C’est très exaspérant ! Pour moi, c’est un immense bonheur de voir le sourire dans le visage des gens quand je parle leur langue. Surtout en Amérique latine, mon espagnol est très fluide et souvent ils sont surpris. Je crois que pouvoir parler plusieurs langues, ça me sécurise aussi beaucoup. L’anglais est tout de même indispensable. J’adore apprendre de nouvelles langues, je connais même plus d’une quarantaine de mots hawaïens que les gens là-bas inclus souvent dans les phrases en anglais. Pour moi, c’est important d’apprendre ce genre de choses.

Mon immersion italienne de 3 semaines à Rome – Forum Romain
Mon immersion italienne de 3 semaines à Rome – Forum Romain

Quelles qualités faut-il selon toi pour voyager seule ?

Il faut avoir confiance en soi, être prévoyante, intuitive, téméraire et ouverte d’esprit. Et avec un beau sourire, tout est plus facile et les gens seront intéressé à toi et surtout à t’aider en cas de problème. Il faut faire confiance à la gentillesse des gens et écouter sa petite voix intérieure en cas de doute.

Surfer à Huntington Beach, Californie
Surfer à Huntington Beach, Californie

Au cours de tes voyages solo, ressens-tu la solitude ? Si oui, que fais-tu pour te sentir mieux ?

Oui, ça m’arrive parfois et je me suis rendu compte qu’avec l’expérience, c’est que je ne suis pas très bien où je me trouve à ce moment-là… Que cela soit l’auberge de jeunesse, la région, la ville… il s’agit pour moi de bouger et de partir voir ailleurs. Sinon, j’ai de très grandes amies qui sont toujours là pour moi avec les réseaux sociaux et WhatsApp, c’est facile de garder contact. Mais je m’ennuie rarement… C’est parfois de l’inconfort et je sais quoi faire pour me changer les idées.

Voyage solo à Londres pour 2 semaines
Voyage solo à Londres pour 2 semaines

Raconte-nous ton meilleur moment mais aussi le pire ?

Je dirais que mes meilleurs moments, c’est probablement lorsque je rencontre des locaux et que je partage des moments avec eux, de les voir sourire, discuter dans leur langue et partager leurs coutumes. Apprendre et partager.

Je dirais aussi tous mes moments debout sur une vague, surtout à Waikiki, car c’est mon endroit préféré dans le monde pour surfer. J’ai aussi adoré mon voyage d’un mois en Polynésie Française, j’ai réalisé le rêve d’une vie. Donc mon nouveau grand rêve, c’est de faire un safari de plusieurs semaines en Afrique…

Mon voyage de rêve en Polynésie Française, Bora Bora
Mon voyage de rêve en Polynésie Française, Bora Bora

Le pire moment, je dirais assurément mon accident de moto à Bali, commotion cérébrale, cicatrices, plaies ouvertes et infectées. Depuis ce voyage, je ne me promène plus jamais à moto, ni en scooter ou quoique ce soit qui a seulement 2 roues ! J’ai été chanceuse dans ma mal chance, rien de casser. Mais je ne pouvais plus surfer, j’avais mal partout et ça a gâché la fin de mon voyage à Bali.

Qu’est-ce que tu aimes et aimes moins dans le voyage solo ?

J’aime la liberté que procure le voyage solo, ça forge le caractère et ça me donne encore plus confiance en moi. Ça m’aide dans toutes les sphères de ma vie et aussi dans ma carrière.

Ce que j’aime le moins, je dirais de ne pas pouvoir partager les frais d’une location de voiture, d’une chambre… ça implique beaucoup de frais voyager en solo. Mais vue que c’est maintenant mon mode de voyage préféré, je l’assume et le planifie dans mon budget $$$.

Village de Sayulita au Mexique
Village de Sayulita au Mexique

Quelle est ta prochaine destination de voyage ?

Vu la pandémie, je pars pour l’Alberta en solo dans 10 jours, si c’est encore permis à ce moment-là. Je vais visiter Calgary mais aussi les parcs nationaux et les merveilleuses Rocheuses canadiennes. Je pars en solo, un road-trip de Calgary à Jasper aller-retour avec un arrêt à Banff !

Calgary, les Rocheuses, Banff et Jasper en Alberta
Calgary, les Rocheuses, Banff et Jasper en Alberta

Si la crise sanitaire mondiale le permet, je devrais partir pour le Japon en décembre et janvier prochain. J’ai acheté un billet d’avion vol direct Montréal-Tokyo aller-retour à un prix dérisoire au printemps dernier. Je devrais partir quelques semaines pour y passer le jour de l’an 2020-21 à Tokyo et après partir sur la route au Japon, avec des arrêts à Kyoto et Osaka. Je pars en solo et je m’attends à un très gros dépaysement, probablement le plus gros de ma vie et je suis très excitée par l’expérience. Mais je pense que je vais devoir annuler le tout et le remettre à plus tard. Je me croise les doigts.

Quels conseils donnerais-tu à une fille qui hésite à voyager solo alors qu’elle en a profondément envie ?

  • Il suffit de le faire une fois pour avoir la piqûre. Peut-être aller dans un endroit que tu connais et où tu te sens assez à l’aise, pour plus ou moins 2 semaines et te promener. Choisir des auberges de jeunesse et ne pas hésiter à parler aux gens, de partager leur table à l’heure des repas et qui sait, peut-être qu’il y a quelqu’un qui fait la même activité que toi et tu pourras partager ce moment-là.
  • Mes plus grandes amies de voyage, je les ai connues par le plus grand des hasards. Par exemple Megan, nous sommes des amies depuis plus de 12 ans. Elle vit à New York et je l’ai rencontré lors de mon immersion espagnole au Costa Rica. Elle est venue à Montréal me visiter, j’ai été la voir quelques fois à New York et elle était même présente pour l’anniversaire de mes 40 ans. Nous avons aussi partagé des moments en voyage ensemble en Amérique Latine. Il y a aussi Brie que j’ai rencontré à Baños en Équateur, nous étions dans le même hôtel et nous avions les mêmes activités dans la journée. Depuis nous sommes en contact presque quotidiennement sur Facebook. Et mes deux amis allemands, Bastie et Alex que j’ai rencontré à Maupiti en Polynésie Française. J’ai très hâte d’aller les voir en Allemagne ! Je les aime d’amour ! Nous communiquons fréquemment ensemble et Alex est venu à Montréal et nous avons passé du temps ensemble.
  • Partir en voyage solo, c’est grandir, apprendre et changer… c’est que du bon et du beau.
Megan et moi à San Juan Del Sur au Nicaragua
Megan et moi à San Juan Del Sur au Nicaragua

Des anecdotes marrantes à nous raconter ?

Je suis à Padang Padang, lors d’un voyage solo de 5 semaines à Bali. J’ai loué une super belle chambre privée dans un surf camp et je surfe à tous les jours. Le bonheur ! Une nuit, je remarque une grosse araignée derrière mon filet moustiquaire, elle est énorme. Je ne sais pas si j’exagère, mais elle semble être vraiment grosse, même plus grande que ma main… incluant mes doigts !

Je panique, je la prends en photo avec flash pour voir à quoi je dois faire face. Mauvaise idée, très mauvaise idée ! Ne prenez jamais une araignée en photo la nuit, car tout ce que vous allez voir, ce sont ses yeux lumineux qui reçoivent le flash et c’est mille fois plus effrayant ! J’ai fini par m’endormir en coinçant bien le filet du filet moustiquaire sous le matelas.

Le matin au réveil, je ne le vois pas sur le mur. Elle est sur le dos, en boule, par terre devant le lit. Je prends tout mon courage et avec ma sandale de plage, je décide de la sortir dehors… Mais, elle n’est pas morte, elle se met à bouger un peu ! Je crie comme une folle et sors de ma chambre en sautillant… Les gars au bord de la piscine partent tous à rire et l’un d’eux venu la prendre dans sa main pour la jeter au loin, dans le gazon. Aussi facilement que ça…

Coucher de soleil à Padang Padang, Bali, Indonésie
Coucher de soleil à Padang Padang, Bali, Indonésie

J’ai plein d’autres anecdotes rigolotes avec des bestioles. Ces petites choses qui nous font tellement peur ! Comme la fois que des gros cafards venaient se réchauffer sur moi la nuit dans ma hutte de bambou, sans porte et fenêtre sur une île de San Blas au Panama !

Ou bien le gros centipède venimeux qui est sorti de mon lavabo lorsque je me brossais les dents dans mon bungalow à Tahiti ! Et qu’un vaillant cuisinier tahitien costaud et tatoué est venu tuer avec ses couteaux de cuisine ! Tout ça pour dire, qu’en voyage, il y aura toujours des choses qui nous ferons peur et étrangement, parfois, on se surpasse à les affronter… Et ça… ça change tout.

Une semaine sur une île de San Blas au Panama
Une semaine sur une île de San Blas au Panama

Quelque chose que tu voudrais ajouter ?

N’hésitez pas à me suivre sur mon blogue ou bien sur ma page Facebook si jamais vous avez des questions ou envie de suivre mes aventures.

Mahalo & Aloha

L’une des plus belles journées de ma vie à Bora Bora en Polynésie Française

Merci à Surfer girl around the world pour son précieux témoignage 🙂

Tu peux retrouver toutes ses aventures sur son blog. Vas découvrir ses nouvelles aventures en Alberta et ainsi voir les belles couleurs d’automne au Canada.

Geneviève est également très active sur sa page Facebook et sur son compte Insta. Quand elle n’est pas en voyage solo pour trouver la bonne vague elle nous emmène découvrir Montréal et ses alentours.

picture of tigress on green grass field
Photo by Virginio Sanches on Pexels.com

Voyager pour fuir ? Vraiment ?

Voyager pour fuir ? La question qui revient tout le temps ! En mode : « Mais tu voyages pour fuir quoi ? » ou encore « Qu’est ce que tu fuis en voyageant ? »

Publié par Mélanie

Je m'appelle Mélanie, j'ai 32 ans, je suis originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. Depuis, j'ai voyagé en sac à dos à travers l'Amérique latine pendant 8 mois. J'ai travaillé 6 mois en Australie grâce au Permis Vacance Travail (PVT). J'ai également visité les grandes villes des Etats-Unis pendant deux mois. Je suis en ce moment en France ou je développe mon activité en ligne afin de devenir Digital-Nomad. Mes voyages en 2021 (si la situation le permet) seront de marcher jusqu’à Saint Jacques de Compostelle, de voyager avec le Transsibérien et de visiter (et pourquoi pas m'installer) en Asie du Sud Est. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage à l'aide de contenus de qualités.

Un avis sur “Geneviève, 20 ans de voyage solo

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :