Voyager à côté de chez soi (le temps d’un week-end)

Depuis quelques mois et l’apparition du COVID-19, nos habitudes de voyages ont grandement changé. Voyager à côté de chez soi est pour certains devenu une autre façon de s’évader.

De nombreuses personnes qui étaient en tour du monde ont dû rentrer ou adapter leurs voyages aux conditions sanitaires. D’autres qui avaient prévu de s’envoler pour des destinations exotiques cet hiver ont dû tout simplement annuler leurs vols et reporter leurs voyages à l’année prochaine.

Il n’y a plus beaucoup de backpackeuses sur la route. Et pourtant, le voyage, cette sensation de liberté et ces découvertes nous manquent.

Certaines ont donc profité pour parcourir notre beau pays, la France, avec ses paysages et ses différences de cultures. Elles sont parties à pied, en stop, en van.

Personnellement, je ne suis pas partie loin, à 3,5 km de chez moi et seulement pour deux jours, mais tous les ingrédients du voyage étaient là !

Voyager à côté de chez soi permet aussi de se tester avant d’oser partir seule à des milliers de kilomètres. Je te parle de la méthode des petits pas à la fin de cet article pour que toi aussi, tu oses te lancer dans ton voyage solo.

Voyager, qu’est-ce que cela signifie ?

Nous avons tous des définitions différentes pour ce verbe d’action. Pour la plupart d’entre nous, voyager est synonyme de déplacement, de nouveaux pays ou encore de plages paradisiaques. Cela peut aussi être, voyager à l’étranger, prendre l’avion, se rendre dans une destination inconnue. 

Voyager, c’est aussi changer de cultures, goûter de nouvelles saveurs, sentir de nouvelles odeurs et écouter de nouvelles musiques. Voyager, c’est aussi découvrir une nouvelle histoire, de nouveaux mythes et croyances ou encore découvrir de nouvelles coutumes.

Voyager cela peut aussi dire se retrouver, s’immerger en pleine nature, faire de nouvelles activités (souvent à sensations fortes).

Pour d’autres le voyage est synonyme d’exotisme et d’émerveillement.

On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées.

Hippolyte Taine

Nous avons toute l’image de la backpackeuse à l’autre bout du monde, avec les traits tirés, sortant d’un bus de nuit pour se diriger vers une auberge de jeunesse ou elle devra partager sa chambre avec 10 autres personnes.

Nous avons également l’image d’une fille courageuse, qui va à la découverte des autres, qui est toujours prête à se laisser séduire par de nouvelles activités. Une fille qui n’a peur de rien. Une baroudeuse qui lève son pouce pour faire du stop, qui se rend chez l’habitant pour découvrir la culture d ‘un nouveau pays et goûter de nouveaux plats typiques du pays.

Je fais personnellement partie de ce genre de voyageuse. J’aime voyager lentement et m’imprégner de la culture du pays en étant au contact de ses habitants. L’ Amérique du Sud a été une vraie révélation pour moi. J’ai besoin de m’immerger pour dire que je voyage.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne dis plus que je pars en vacances. Dans ma tête, la définition de vacances, c’est plutôt une période ou tu es en congés payés et donc ou tu ne travailles pas. Quand tu es en vacances, cela ne signifie pas que tu pars dans un autre endroit. 

On oppose bien trop souvent les voyageurs aux touristes, alors qu’un voyageur est un touriste comme un autre. Seule sa façon de consommer est différente. Pas de tour-opérateur, pas de croisière de luxe ou encore pas de restaurants “attrape-touriste”. Le voyageur mange dans la rue, se mêle aux locaux et ne montre aucun signe ostentatoire de richesse.

Ma définition du voyage

Au fil de mes diverses aventures depuis trois ans, je me suis rendu compte que voyager, pour moi, c’était avant tout un état d’esprit.

Peu importe la destination, seul le chemin compte.

De mon point de vue, voyager signifie découvrir, partager, apprendre et rencontrer. Et ça tombe bien, je n’ai pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour cela.

Voyager seule signifie aussi sortir de sa zone de confort, s’ émerveiller à chaque instant, vivre le moment présent, ralentir le rythme. Mais aussi prendre du temps pour soi, s’écouter, regarder un lever de soleil, admirer le vol d’une mouette qui passe au-dessus de nous. Ou encore, écouter les sons qui nous entourent et goûter aux tomates cerises que le voisin propose gentiment.

Lors de ce week-end, j’ai également suivi les mêmes étapes que lors d’un long voyage. Il a fallu réserver un airBnb, faire l’itinéraire pour m’y rendre, faire la liste de ce que j’allais mettre dans mon sac à dos, choisir le livre qui allé me suivre.

Je me suis projeté, j’ai sautillé toute la semaine comme une puce devant l’excitation de ce week-end solo en pleine nature. J’ai pensé à ce que j’allai faire, est-ce que j’allais juste rester dans mon lit à regarder Mad Men ? Est-ce que j’allais lire, ou aller me promener en forêt ? Est-ce que j’allais travailler sur le blog ou me poser en bord de la rivière à écouter les sons qui m’entourent et regarder les canards passés.

Finalement, cela a été un mélange de tout cela. Et j’ai grave apprécié, ce moment juste pour moi !

J’avais besoin de me retrouver seule, de passer du temps à l’extérieur, d’aller dans la nature, de me reposer, mais surtout de me recentrer sur moi-même et sur mes projets professionnels. 

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à voir avec de nouveaux yeux.

Marcel Proust

Voyager à côté de chez soi le temps d’un week-end

voyager à côté de chez soi

La bonne nouvelle en tant de COVID c’est qu’il ne suffit pas d’aller loin pour s’émerveiller des choses qui nous entourent. Pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour découvrir, partager et rencontrer (même si ce n’est qu’avec le voisin). Pas besoin de prendre un billet d’avion pour vivre l’instant présent et ralentir.

Le voyage est un état d’esprit et heureux celui qui voyage au coin de sa rue ! 

Alors bien sûr, c’est moins impressionnant qu’un voyage de 8 mois en Amérique du Sud, qu’un PVT en Australie. Mes photos Instagram en prennent un coup, je ne suis pas finalement sortie de ma zone de confort tant que ça. Mais l’espace de deux jours, j’ai voyagé en restant à côté de chez moi.

En conclusion, je dirai que savoir voyager à côté de chez soi est un grand luxe ! Savoir s’émerveiller à chaque instant et être perdu dans l’instant présent. Mais aussi savoir découvrir de nouvelles activités, partager avec d’autres et rencontrer les personnes qui nous entourent ! 

Alors sortons un peu de ses mythes du voyage et de la backpackeuse. 

Introduction à la méthode des petits pas

Partir à l’autre bout du monde seule te fait rêver depuis quelques mois, voire même depuis quelques années. Cette envie ne te lâche plus et grandit de jour en jour. Alors tu regardes des blogs voyages, tu écoutes des podcasts voyage et tu rêves de toi aussi de te retrouver devant le Machu Picchu ou de voir des kangourous en Australie.

Mais tu as peur, tu as des blocages. Peur d’affronter ta solitude, peur de la “dangerosité” de certains pays relayés par les médias et par dessus tout tu es bloquée avec l’anglais depuis le lycée.

Tu ne sais pas par ou commencer, les visas, les vaccins, ou encore quoi mettre dans ton sac à dos. Cet article t’aides à faire le ménage dans ces questions.

Bref, tu n’es toujours pas partie dans ton voyage solo que tu te sens déjà bien seule face à ce gros challenge.

Pourtant, tu sais que ce voyage que tu rêves de faire depuis des années va t’apporter beaucoup. Tu vas améliorer ton anglais, tu feras des rencontres de dingues, tu apprendras sur toi, mais aussi sur les autres.

Tu as cette envie de découvrir de nouvelles cultures et de rencontrer un maximum de personnes. Tu as toi aussi envie de goûter à cette liberté qu’offre le voyage solo et de te sentir fière d’avoir accompli ton rêve.

Peut-être en as-tu marre de la routine « métro-boulot-dodo-paye tes factures” et que tu as aussi envie de vivre ta vie de rêve ! Que tu as envie de prendre le temps pour toi pendant quelques mois, et pourquoi pas une année, de donner à ta vie un sens.

Si tu es intéressée pour en savoir plus sur la méthode des petits pas ou parler de tes blocages à oser voyager seule, laisse moi un commentaire et je prendrai contact avec toi !

Publié par Mélanie

Je m'appelle Mélanie, j'ai 32 ans, je suis originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. Depuis, j'ai voyagé en sac à dos à travers l'Amérique latine pendant 8 mois. J'ai travaillé 6 mois en Australie grâce au Permis Vacance Travail (PVT). J'ai également visité les grandes villes des Etats-Unis pendant deux mois. Je suis en ce moment en France ou je développe mon activité en ligne afin de devenir Digital-Nomad. Mes voyages en 2021 (si la situation le permet) seront de marcher jusqu’à Saint Jacques de Compostelle, de voyager avec le Transsibérien et de visiter (et pourquoi pas m'installer) en Asie du Sud Est. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage à l'aide de contenus de qualités.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :