Voyager seule en Colombie : Le voyage de Christine

Voyager seule en Colombie : Le voyage de Christine

Voyager seule en Colombie, Christine l’a fait. En appliquant, ce que j’ai l’habitude d’appeler la méthode des petits pas. Mais cette fois-ci elle est d’abord partie avec un groupe en Colombie. Puis elle a voyageé seule en Colombie. Elle y retourne à deux reprises.

Christine nous partage son itinéraire et tous ses ressentis sur la Colombie et ses habitants. Mais aussi ses conseils pour que toi aussi tu oses le voyage solo en Colombie 🙂

Christine, raconte-nous ton parcours ?

J’ai commencé à voyager seule à l’âge de 27 ans, après une rupture. J’avais toujours eu envie de voyager loin, je n’étais pas sûre d’en être capable seule et j’avais quand même très envie d’essayer. 

J’ai d’abord choisi une destination européenne. Je suis allée à Florence en train de nuit. C’était un plaisir de voir changer le paysage tout en allant vers le Sud. Dès le lendemain, je me suis retrouvée attablée dans un restaurant avec des Florentins qui m’ont fait ensuite visiter la ville en vespa. 

Pour mon voyage suivant en solitaire, je suis allée à l’île de la Réunion. J’étais alors membre de Servas, un groupe de voyageurs un peu similaire à Couchsurfing, et je savais que je serais accueillie sur place. 

J’ai passé plusieurs jours dans un village créole, sous les palmiers et près des plantations de canne à sucre. Encore une fois, c’était un vrai plaisir sans anicroche.

voyager seule à Carthagène colombie
Carthagène

Pourquoi voyager seule en Colombie ?

Je rêvais d’aller en Colombie depuis très longtemps car je suis fan de la salsa colombienne et de l’ambiance colombienne en soirée. J’y suis d’abord allée en groupe pour une partie du voyage, puis je suis retournée seule.

Parle-nous un peu de ton itinéraire ?

Je suis donc partie la première fois avec mon groupe de salsa dirigé par deux amis colombiens. Nous avons passé deux semaines ensemble. Puis je suis restée une semaine de plus, à Santa Marta (côte caraïbe) puis à Cali pour danser. Cette fois-ci je voyage seule en Colombie.

Nous avons atterri à Medellín, où nous avons visité la ville, vu les quartiers populaires imprégnés de l’histoire du narcotrafic, pris le funiculaire, vu le pueblito Paisa,un joli petit quartier historique de la ville. 

Nous sommes ensuite descendus plus au Sud, vers Salento, une petite ville colombienne très aérée. Puis, nous sommes allés un peu en altitude et la magnifique vallée de Cocora, où de hauts palmiers s’élèvent vers le ciel. 

Salento

A Salento, nous avons dansé la salsa sur la petite place centrale. Les locaux venaient de plus en plus nombreux et nous filmaient. Il paraît que toute la ville parlait de nous héhé.

En repartant, nous avons fait un saut par le Peñon de Guatapé. C’est un haut rocher au sommet duquel on peut admirer la région inondée parsemée d’ilots de terrain vert. Puis par Guatapé, un adorable village très coloré, aux rues pentues.

De là, nous avons loué un vieux bus avec son chauffeur pour descendre encore plus au Sud, à Cali, la capitale de la salsa ! Ce n’est pas une belle ville mais c’est là que se trouve l’école de salsa réputé Swing latino, qui forme des champions depuis longtemps. 

Vue du Penon de Guatape
Vue du Penon de Guatape

Personnellement, je préfère danser la salsa dans la rue avec les gens qui n’ont jamais suivi de cours. Mais j’avoue que les acrobaties des champions de salsa colombienne sont impressionnantes.

Cali est aussi un endroit central de l’ambiance salsa, encore aujourd’hui et même parmi les jeunes. Tintindeo est l’endroit le plus connu où se produisent de grands danseurs et où on trouve un sympathique mélange de touristes et de locaux. Mais il y a aussi des endroits plus confidentiels comme les viejotecas (musique ancienne et de grande qualité).

Cali est une ville pauvre, avec des quartiers dangereux. Nous avons distribué des vêtements dans l’un de ces quartiers. L’ambiance y était effectivement électrique par moments. Nos amis colombiens s’étaient assurés qu’on procède à la distribution accompagnés de plusieurs de leurs amis. 

Petite recommandation : à Cali, quand on sort le soir et qu’on souhaite rentrer ensuite en taxi, il faut mieux demander au personnel de l’endroit de commander le taxi. Car ils ont leurs propres contacts pour s’assurer que les taxis sont sûrs. 

Dans cette ville, j’ai logé dans le charmant quartier de San Antonio, le quartier des artistes. L’essentiel de ce quartier est assez sûr mais les touristes ne savent pas quand ils passent la limite où la rue devient moins sûre. Par contre, les locaux se chargent souvent très gentiment de prévenir.

Nous avons ensuite pris l’avion pour Carthagène, la côte caraïbe au nord du pays. Carthagène est une des plus belles villes que j’ai vues. C’est une ville coloniale pleine de charme et de couleurs.

On peut y danser, découvrir sa belle architecture, y manger très bien. Certains restaurants de cuisine plus fine coûtent presque aussi cher qu’en Europe. Mais ça vaut la peine d’essayer. Puis, profiter du coucher de soleil sur la mer. A certaines époques de l’année, il est également possible de découvrir certains marchés d’artisanat colombien.

J’ai préféré la cuisine de la côte caraïbe, qui comprend notamment le ceviche. Le ceviche se compose de poissons ou de crevettes crues préparés dans des sauces délicates.

A Carthagène, le reste du groupe a repris l’avion pour rentrer en Europe

« Je voyage seule en Colombie« 

De mon côté, j’ai pris le bus pour aller à Santa Marta, un peu plus loin à l’est, sur la même côte. Santa Marta a également un certain charme colonial, quoique plus discret que Carthagène. 

C’est le point de départ pour visiter la grande réserve naturelle du Parque Tayrona. On peut notamment faire du snorkeling dans une eau pleine de poissons. Ou encore partir quelques jours à la recherche de la Ciudad perdida, une cité pré-colombienne au milieu de la nature.

Lors de ce voyage, j’ai découvert l’accueil extraordinaire des Colombiens. Ils m’ont même remerciée de visiter leur pays. Leur passé compliqué n’en a pas fait la destination privilégiée des touristes et ils sont ravis de rencontrer des voyageurs.

isla grande voyager seule
Un papillon sur l’île d’Isla Grande

L’année suivante, je suis retournée 10 jours seule en Colombie, essentiellement pour aller danser chez Donde Fidel, à Carthagène. J’ai aussi profité de l’ambiance du quartier colombien le plus authentique de la ville, Getsemaní. Où les gens mettent une petite table au milieu des petites ruelles pittoresques pour taper la carte ensemble le soir. Les gens discutent dans la rue ou dansent dans des pièces ouvertes sur la rue 

Pour finir, j’ai passé quelques jours sur une île pas loin de Carthagène, la Isla Grande, dans un petit hôtel sympa installé sur la plage. J’y ai vu de magnifiques papillons oranges, des iguanes et des seiches et poissons colorés dans l’eau. J’ai eu un contact formidable avec le personnel de l’hôtel. Un des chiens de l’hôtel venait même avec moi dans l’eau quand j’allais faire du snorkeling. 😀

Ton ressenti sur voyager seule en Colombie ?

Ça dépend clairement des endroits. Même si la situation avec les FARC s’est un peu calmée, il vaut mieux éviter certains coins de la montagne. 

Certaines villes comme Cali et la zone pacifique sont très pauvres et plus dangereuses. Medellín est beaucoup plus sûre qu’avant mais il faut rester vigilant selon les quartiers et les heures.

Par contre, la côte Caraïbes m’a paru sûre, même seule, même la nuit.

Un iguane à Isla Grande

Tu voyages en mode backpacking, qu’est ce que tu aimes dans ce mode de voyage ?

J’aime la proximité avec les gens du pays, vivre à leur rythme, sentir que je fais presque partie du pays et m’immerger dans la culture locale. Les hôtels internationaux ne m’attirent pas. Je n’avais pas envie de manger des burgers ou de la choucroute en Colombie.

Des anecdotes amusantes sur ton voyage seule en Colombie ?

Oh j’en ai plein !

Je suis arrivée seule à Santa Marta sous une pluie diluvienne, ça peut arriver, en juillet. J’ai constaté que des hommes se faisaient payer pour prendre les gens sur leur dos et leur faire traverser la rue inondée au sec.

J’ai eu du mal à trouver mon auberge, alors je me suis arrêtée dans un autre petit hôtel sur le chemin. Le gars de l’accueil s’est tout de suite emparé de ma valise, est parti en trombe avec moi sur ses talons. Il voulait simplement me conduire à l’auberge. Une fois à destination, j’ai voulu lui donner une petite pièce et il s’est offusqué « noooo, soy un profesional ! » (non, je suis un professionnel !).

Quand je mangeais tranquillement mon délicieux riz aux crevettes devant la mer, sur la Isla grande. Le grand perroquet coloré de l’hôtel venait me piquer des crevettes à la première occasion. Vu la taille de son bec, je n’osais pas l’en empêcher. Ensuite, il s’envolait vers les palmiers au-dessus de nous et j’entendais ses terribles cris pas du tout mélodieux. Comme s’il disait « ici, c’est chez moi et je me sers où je veux ! ». Il était magnifique mais on ne peut pas dire que son ramage se rapportait à son plumage !

Quels conseils donnerais-tu à une femme qui veut voyager seule en Colombie ?

Pour voyager seule en Colombie, je pense que parler au moins un peu l’espagnol simplifie beaucoup la vie, bien que les Colombiens sont très accueillants. Même si leur anglais est inexistant ou laisse à désirer, ils sont très faciles à aborder.

Comme souvent, il vaut mieux s’équiper contre la tourista et se renseigner un peu sur les endroits où on va pour savoir où il vaut mieux ouvrir l’œil.

Bien sûr, il est préférable d’éviter de porter des bijoux chers.

voyager seule en Colombie Guatapé
Guatapé

As-tu eu des blocages avant de voyager seule en Colombie ?

La première fois, j’avais un peu peur de la réputation du pays. Mais une fois arrivée avec mon groupe de salsa, je me suis rendu compte que, si on prenait certaines précautions, il était tout à fait agréable de voyager seule en Colombie.

Le fait de partir avec des amis colombiens la première fois m’a permis de comprendre beaucoup de choses assez vite : où faire attention, comment se déplacer, etc. Mais on peut aussi trouver beaucoup d’informations sur internet.

Comment réagissent-tes proches ?

Ma famille n’a pas beaucoup voyagé et ils ont manifesté beaucoup de craintes au début. Mais, maintenant, même si je leur vois parfois des expressions bizarres quand je mentionne ma prochaine destination de voyage, ils se taisent. ;-D

Qu’est ce que t’apporte le voyage solo en général ?

Je rencontre beaucoup de gens, je voyage cool et en faisant exactement ce que j’ai envie de faire avec la flexibilité qui me plaît.

Quelles qualités faut-il d’après toi pour oser voyager seule ?

Pour voyager seule, il faut être un peu débrouillarde, un peu prévoyante et posséder de bonnes qualités de communication, notamment dans d’autres langues, facilitent les choses.

Parle-nous de tes prochains voyages ? Prêtes à repartir en Colombie seule ?

Oh oui ! Je veux retourner à Carthagène ! Si les salaires n’étaient pas si bas en Colombie, je serais très tentée d’y habiter.

Toutefois, avant d’y retourner, j’aimerais beaucoup faire une croisière soit dans les îles Galapagos, soit quelque part en Asie. J’adore le snorkeling et on peut y voir une faune riche très riche.

Quelque chose à ajouter ?

Je ne dirais pas qu’on peut partir seule en Colombie, ou ailleurs en dehors de l’Europe, les yeux fermés. La préparation est importante selon moi. Il est utile de bien connaître ses fragilités.

J’ai eu une infection rénale un jour en voyageant seule, par exemple, et je ne pars jamais sans antibiotiques au cas où.

Dans certains pays, il vaut mieux prendre une moustiquaire ou prévoir certains vaccins à l’avance.

En conclusion, ça permet simplement de voyager l’esprit léger et on se sent plus forte. 😉

Pour continuer, retrouve l’interview de Flo sur son voyage solo au Pérou et mon expérience de backpacking en Amérique du Sud de 8 mois.

Retrouve les derniers conseils pour les voyageuses solo

picturesque view of rocky mountains in daytime

Comment voyager plus longtemps ?

Comment voyager plus longtemps ? Je détaille mes techniques qui me permettent de voyager longtemps et très souvent !

Mélanie

Bonjour et bienvenue sur ce blog :) Je m'appelle Mélanie, j'ai 32 ans, je suis originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage solo à travers des conseils provenant de ma propre expérience et par des témoignages de femmes qui ont osé !

Laisser un commentaire