Voyager seule sur Compostelle, le récit de Jeanne !

Voyager seule sur Compostelle, le récit de Jeanne !

Beaucoup en rêvent… mais peu le fond ! Voyager seule sur le chemin de Saint jacques de Compostelle ! Retrouve le témoignage de Jeanne, qui a su affronter ses peurs et qui souhaitent repartir vite sur le chemin de Compostelle.

Présente toi 🙂

Je m’appelle Jeanne, j’ai 34 ans et je suis célibataire. Depuis plus de 10 ans, j’exerce le métier de Gouvernante dans l’hôtellerie de luxe. J’ai décidé de voyager seule, pour la première fois l’année dernière pour me retrouver et prendre du temps pour moi. Je voulais aussi me tester et voir si j’étais capable de partir toute seule. Je suis partie un mois de Septembre 2020 sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle entre Le Puy en Velay et Saint Jean Pieds de port. 

Quelles étaient tes peurs avant de voyager seule sur Saint Jacques de Compostelle ?

Mes peurs avant de voyager seule sur le chemin de Compostelle étaient d’abord de me retrouver seule, de peut être m’ennuyer. Mais finalement, je me suis surprise à rencontrer beaucoup plus de personnes que je ne m’imaginais. 

Il y a aussi les peurs de l’entourage : « et s’il t’arrive quelque chose…? » et si et si et avec tous ces si on ne fait pas grand chose. 

voyager seule compostelle
Voyager seule sur le chemin de Compostelle

Comment as-tu organisé ce voyage à Compostelle ?

J’ai organisé mon voyage solo à Compostelle sur quelques mois, environ 3 mois avant. 

Tout d’abord, je me suis documenté : internet, livres, films, … 

Aussi, j’ai de la chance car mon père et mon oncle ont fait le chemin avant moi, donc ils ont été de très bons coachs avant, pendant et après la marche. 

J’avais l’impression parfois d’être une athlète et de préparer un marathon ou une compétition. 

Ensuite, j’ai suivi quelques filles sur Instagram et je me suis inspirée de leurs expériences surtout en matière d’achat de matériel, préparation de sac à dos et itinéraire. 

Ça me rassurait… 

J’essayais de marcher ou de faire du sport tous les jours, c’est assez important. 

Un mois avant de partir, j’ai acheté et testé mon matériel. Gros dilemme : partir plusieurs semaines avec un sac à dos de 35L soit 9 kilos maximum…adieu mon confort ! 10 jours avant de partir j’ai acheté le Miam Miam Dodo et j’ai commencé à réserver les hébergements sur deux semaines en fonction des kilomètres parcourus par étape : 15, 20, 25, 30, 35km….

Encore une fois ça me rassurait de planifier, mais sur le chemin j’ai très vite arrêté afin de faire au feeling. Il fallait prendre en compte mon état d’âme du jour, la beauté des paysages, le temps chaud froid, la pluie, la difficulté ou non du parcours, des blessures,…

Tout cela, je l’ai appris en cours de route. 

Quel était ton budget pour ce voyage solo?

Pour le budget, je ne m’étais pas mis de limite car c’était MON voyage. 

Je voulais m’offrir du temps, un moment spécial rien que pour moi donc je ne regardais pas. Parfois, je faisais attention parexemple, je dormais en dortoir, mais j’aimais aussi avoir plus d’intimité et de confort. Cela dépendait du moment. 

J’ai eu la chance à ce moment d’être au chômage donc j’avais un revenu. Mon niveau d’anglais est bon et celui d’espagnol aussi. 

Les langues sont importantes dans mon métier. Je suis donc à l’aise pour les langues étrangères.

Quelles émotions as-tu ressenties avant de voyager seule sur Saint Jacques de Compostelle ?

J’étais impatiente de découvrir seule le chemin de Compostelle

 Mes émotions de la veille étaient la peur de la découverte et peur de ne pas y arriver. 

Le matin du départ j’étais très émue lors de la cérémonie des Pèlerins, c’était un peu comme une rentrée des classes. J’ai eu la chance d’être accompagnée par mon père avant de descendre les escaliers de la cathédrale, j’avais les larmes aux yeux. Je me demandais si je ne faisais par une erreur, et j’avais beaucoup de doutes…. 

Et puis après une heure de marche,peut être, une immense sensation de liberté et soif de tout découvrir. 

L’aventure commençait. 

Les rencontres

Une anecdote à nous raconter de ton voyage solo à Compostelle ?

Une anecdote….très vite tout mon entourage me disait tu vas être une Pèlerine… je n’aimais pas ce terme car à la base je n’allais pas sur ce chemin pour la religion, mais bien pour moi…donc je rigolais jaune quand on me disait ça. 

Et puis très vite, quand j’appelais les hébergements je l’annonçais : Bonjour je suis Jeanne,…..et je suis PELERINE hahaha je me suis surprise plusieurs fois. 

Sur le chemin, il n’ y a plus vraiment d’identité : on se tutoie et on est tous des pèlerins, je n’étais plus Jeanne la Gouvernante d’un Palace sur la Côte d’Azur… 

Des conseils pour les femmes qui souhaitent voyager seules sur Compostelle ?

Le chemin je ne peux pas l’expliquer … Je vous conseille de le vivre. C’est tellement beau tout ce qui se passe. Un retour à l’essentiel…magique. C’est une bulle. 

Un conseil concernant les peurs, j’ai appris que justement mes peurs m’avaient empêché de vivre beaucoup de choses. C’est bien d’avoir peur car parfois tu peux détecter un danger, mais c’est très contraignant d’avoir peur, ça bloque, ça freine nos envies. 

Il faut du courage et de la ténacité.

voyage solo compostelle
On est jamais vraiment seule quand on voyage sur Compostelle !

Qu’est ce que t’a apporté ce voyage solo sur Compostelle ?

Ce voyage seule m’a apporté une nouvelle vision de la vie. Quand je suis rentrée j’ai eu envie de faire un gros tri dans mon dressing, et dans mon appartement, par exemple. 

Vraiment, ce voyage m’a apporté énormément comme l’envie de changer de job, l’envie de faire un job plus utile, envie de consommer autrement, envie de retrouver juste l’essentiel pour vivre… Mais c’est difficile de mettre toutes ces leçons en œuvre dans la vie de tous les jours malheureusement.

Je n’ai pas fini mon chemin donc j’espère bien que la deuxième partie de marche m’apportera des changements concrets. 

Qu’est ce que tu as le plus/moins aimé lors de ce voyage solo sur Compostelle ?

Dans ce voyage, j’ai aimé voyager avec moi-même. Je me suis aimée, et je me suis retrouvée. J’ai aimé vivre au jour le jour sans programmes sans contraintes. J’ai aimé faire un exploit sportif tous les jours.

Et je me sentais vivante. Je me sentais soutenue par ma famille et mes amis. J’ai aimé toutes les personnes rencontrées car elles m’ont toutes rendues meilleures…

Le plus dur fut la pluie, la douleur à mon genou et les séparations avec les autres pèlerins, c’était de vraies déchirures. 

Partage avec nous la suite et ou peut-on te joindre .

La prochaine destination : le reste du monde ? Sérieusement, je souhaite aller jusqu’à Santiago, et ainsi continuer à voyager seule sur Compostelle. Je me suis arrêtée à Saint Jean Pieds de Port à cause d’une tendinite au genou. Je veux poursuivre cette aventure. 

Vous pouvez me contacter avec plaisir sur instagram @janouze

Dis-nous en commentaire si cet article t’a donné envie de voyager seule sur le chemin de Compostelle. Je t’invite à suivre Jeanne sur son compte Instagram et aussi à lui poser des questions.

Mon témoignage sur le voyage solo

Le témoignage sur mon premier voyage solo et les autres, en toute transparence ! Je te dis tout ! De mes débuts à mon parcours de digital nomade

Le service civique en Arménie de Camille !

Découvre l’aventure de Camille lors de son service civique en Arménie ! Elle nous fait découvrir ce beau pays à travers son témoignage et nous raconte comment elle a affronter ses peurs !

Mélanie

Bonjour et bienvenue sur ce blog :) Je m'appelle Mélanie, j'ai 32 ans, je suis originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. Dans ce blog, j'accompagne les femmes à oser vivre leurs rêves de voyage solo à travers des conseils provenant de ma propre expérience et par des témoignages de femmes qui ont osé !

Cet article a 4 commentaires

  1. Super intéressant son témoignage, j’ai très envie de faire ce chemin alors lire d’aussi bonnes expériences c’est très inspirant 😊

    1. Mélanie

      Hello 🙂 Je suis ravie que son témoignage t’es plu. Pense à la contacter, et sinon je me lance dans deux semaines dans cette aventure 😉 Ca sera à suivre sur le blog

  2. Emmanuelle

    Quelle interview ! J’en ai pleuré ! Je pars aussi sur le chemin de compostelle et beaucoup de peurs. Enfin, plus la peur de rencontrer des chiens errants j’ai lu pleins de choses et j’aurai pas dû mais bon. Ça m’empêchera pas de partir ! Quelle merveille cette interview… Merci Mélanie.. Très beau témoignage.. Rempli d’émotions. Ça me pousse encore plus à partir. SIMPLEMENT MERCI.

    1. Mélanie

      Merci Emmanuelle pour ton commentaire 🙂 Heureuse de voir que les mots de Jeanne t’ont touché ! Je pars sur Compostelle demain, j’ai hâte de vivre cette aventure de folie. Je te souhaite plein de belles choses pour ton prochain voyage 🙂

Laisser un commentaire