Comment gérer la fatigue en voyage ?

Comment gérer la fatigue en voyage ?

5
(1)

On ne parle jamais de la fatigue en voyage, alors que si tu t’apprêtes à voyager sur plusieurs semaines, tu auras forcément des moments de fatigue, voire des coups de blues.

La fatigue en voyage est TABOU ! On en parle au coin du feu rapidement entre voyageurs. On n’en parle pas autour de nous car ce n’est pas vraiment compris

Après tout, tu es en vacances ? 

Sauf que voyager, ce n’est pas être en vacances ! Retrouve mon point de vue à ce sujet via l’article backpacker

Quand on voyage seule, sac sur le dos, il faut bien comprendre que la sortie de ta zone de confort est tellement intense que cela épuise ton cerveau ! 

D’ailleurs, tu ne te dis jamais quand tu rentres de tes voyages, qu’il te faudrait des vacances pour récupérer ?

Tu vas découvrir que c’est normal d’être fatiguée en voyage et quelles en sont les causes ! Mais aussi pourquoi parler de fatigue à tes proches peut vite devenir tabou, et enfin mes 5 astuces pour gérer la fatigue en voyage. Découvre également tous mes conseils pour voyager seule.

On y va ?

Fatigue en voyage ? Pourquoi sommes-nous tant crevées ?

Il y a plusieurs facteurs qui font que nous sommes fatiguées lors d’un voyage. Plus ton voyage sera long, comme pour un tour du monde, ou quelques mois sur un même continent, ou bien sur une randonnée itinéraire, comme le chemin de Compostelle

Le jet lag

Même si l’effet du jet-lag, n’a lieu que lors de premiers jours de ton voyage, il faut également en tenir compte.

Le décalage horaire épuise à l’aller comme au retour. Il faut compter un jour pour s’en remettre pour une heure de décalage. Autant te dire que si tu as un décalage de 7 à 8 heures, il faut une semaine pour être calée sur le nouvel horaire.

C’est la raison pour laquelle, lorsque j’ai un décalage horaire lors de mes voyages, je prévois à la perfection mon transport de l’aéroport à l’auberge de jeunesse. Puis, je reste au même endroit, dans le même logement, le temps que mon corps ne soit plus en décalage.

Heureusement, il existe des astuces pour également gérer le jet-lag, un article est en cours de préparation. Si tu veux en savoir plus, abonne-toi gratuitement à La Lettre

La nouveauté

Et oui ! En voyage tout est nouveau ! D’autant plus si tu changes de lieux fréquemment, et que tu n’as pas encore adopté le slow travel.

La nouveauté est présente partout, dans la langue qui est parlée autour de nous, dans de nouvelles odeurs, de nouvelles saveurs, etc

De plus, si c’est ton premier voyage solo, tu seras davantage fatiguée, car la nouveauté sera encore plus grande.

fatigue en voyage

Les sens émoustillés : une raison de la fatigue en voyage ?

Ce sera d’abord par la vue. Tout ce que tu verras sera nouveau ! Il te faudra t’habituer fréquemment à un nouvel environnement visuel.

Ton palais sera aussi de la partie en dégustant les mets typiques des pays que tu visites.

Ton ouïe sera aussi attentive à tout ce qui se passe autour de toi.

Pour résumer, ton cerveau captera de nouvelles informations à chaque seconde de ton voyage, ce qui peut le fatiguer rapidement.

En effet, il n’est pas habitué, dans ton quotidien, en France, tu fais globalement toujours la même chose, tu vas toujours dans les mêmes endroits ! Tu ne regardes plus vraiment le chemin que tu empruntes chaque matin tellement c’est devenu un automatisme.

Parler une autre langue

Au début, cela repose le cerveau. Des gens parlent dans la rue, et toi, tu ne comprends pas grand chose. Puisque c’est une langue que tu connais pas ou peu, ton cerveau ne cherche pas à entendre une nouvelle langue.

Le problème c’est quand il te faut communiquer. Il va falloir mobiliser beaucoup de temps d’attention pour comprendre ce qu’on te dit puis pour répondre.

Parler dans une langue étrangère quelques minutes ou quelques heures fatigue énormément.

Si tu ne parles pas la langue du pays tu auras en plus le stress de ne pas comprendre et de ne pas être comprise.

Tu peux bien évidemment voyager sans parler anglais ou apprendre l’anglais simplement

Lorsque j’étais en Argentine et que je pratiquais le stop, à la fin de la journée, mon cerveau ne pouvait plus prononcer un mot en espagnol. Je n’étais plus du tout attentive à ce que l’on me disait. J’avais l’impression de sortir de 12 heures de cours intense.

Toujours être attentive à ce qui nous entoure

D’autant plus quand on voyage seule. Il faut toujours avoir un œil sur ses affaires, se frayer un chemin afin de rejoindre son auberge de jeunesse

Cette attention constante à tout ce qui nous entoure se révèle être très fatiguant lorsqu’on voyage.

Faire constamment des choix : encore plue en voyage donc plus de fatigue

L’humain prend en moyenne 35 000 décisions par jour. Comment s’habiller, quoi manger, vaut-il mieux faire ceci ou cela…

En voyage, le nombre de décisions à prendre est décuplé. Quel hébergement ? Ou manger ? Quoi manger ? Quelles activités ? Etc

Je me rappelle très bien lors de mon voyage en Italie qu’à la fin de ma journée, quand venait le temps de déguster une glace. Je laissais le libre choix au serveur. Je n’étais plus capable de prendre une décision

Blasé de trop voyager

Il s’agit d’une autre fatigue en voyage, celle d’être blasée. Cela arrive plus souvent sur de long voyage de plusieurs semaines voir un tour du monde

Une routine s’installe, les paysages ne sont plus aussi époustouflants qu’au début, on s’habitue à la beauté du voyage que parfois on ne se rend plus compte de la chance que l’on a.

On ne ressent plus cette gratitude, cet émerveillement, parce qu’on a déjà vu 134 couchers de soleil, 26 espèces d’animaux différents…

Il m’est arrivé d’être blasée sans que je m’en rende compte. J’en prenais conscience lorsque j’appelais mes amis ou la famille en face cam et qu’ils me disaient “wahou c’est super beau le paysage derrière toi” alors que je n’avais même pas pris note de ce qui m’entourait.

fatigue en voyage

Difficile de parler de fatigue en voyage : C’est tabou

Bah oui tu comprends, tu es en vacances pendant que d’autres sont au boulot… Cela peut créer une certaine tension lorsque tu oses évoquer que tu es crevée.

Notamment pour toutes ces personnes qui n’ont jamais vraiment voyagé, mais qui partaient en vacances, en mode séjour tout organisé.

Il y a bien une différence entre les vacances et les voyages

Lors de mon voyage en Amérique du Sud, je ne pouvais pas parler de cette fatigue que j’avais. Notamment à ma maman qui bosse les week-ends et qui est extrêmement fatiguée de son métier dans une maison de retraite.

Ma fatigue ressentie n’était pas la même. Mon corps n’était pas fatigué, mais mon cerveau était quelquefois à bout.

Malheureusement peu de blogueurs évoquent la fatigue en voyage, préférant toujours parler des aspects positifs, sans parler des inconvénients.

La fatigue sera alors évoquée avec des voyageurs qui voyagent aussi depuis longtemps.

Voyons maintenant les 5 conseils pour gérer la fatigue en voyage.

5 conseils pour gérer la fatigue en voyage

S’écouter 

La première chose à faire est de s’écouter. Et ainsi de prendre conscience que l’on est fatiguée. La fatigue en voyage est souvent la cause de coup de blues.

Reconnaître la fatigue, c’est le premier pas pour l’accepter, la reconnaître et ainsi y remédier.

Lorsque j’ai marché deux mois sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Je n’écoutais pas les alertes de mon corps. Je me croyais plus fort que lui… Sauf que, je fus blessée après 10 jours de marche remettant en question mon pèlerinage.

Se prendre des jours off

En voyage, c’est 7 jours sur 7 de découvertes, de partage, d’apprentissages, de visites, de lieux splendides.

L’idée de prendre des jours off en voyage ne nous vient même pas à l’esprit.

Il faut courir partout, voir tout ce qu’il est possible de voir.

Mais aussi en avoir pour notre argent. Occasionnellement, on se dit, vu le prix que je paie, alors autant tout faire.

Sauf que quelquefois, on passe à côté des plus belles choses, on s’essouffle, on se fatigue.

Puis, quand nous sommes fatiguées, nous sommes parfois irritables, nous ne prenons pas toujours les bonnes décisions. On peut, de temps à autre, vite devenir grincheuse.

S’accorder des journées ou on en fait rien ne peut être que bénéfique sur notre voyage au long court.

Ne rien programmer : la meilleure chose à faire pour ne plus éprouver de la fatigue en voyage

Lorsqu’on reconnaît la fatigue lors de notre voyage, l’idéal est de ne rien programmer pendant une à plusieurs journées selon l’état de fatigue.

Et ainsi ne rien programmer lors des prochaines heures.

Certains en profitent alors, pour rester au lit à regarder des séries avec une bonne tablette de chocolat.

D’autres pour prendre contact avec la famille, faire le tri dans les photos, ou encore programmer en toute sérénité la suite de ton voyage.

D’autres prendront un livre pour s’évader, certaines resteront en pyjama toute la journée, tandis que d’autres profiteront des aménagements de leur auberge de jeunesse, dans un hamac.

Adopter le slow travel

Les tourdumondistes vous le diront, comme beaucoup de voyageurs au long court… J’ai prévu trop de choses à faire, trop de pays à visiter, j’ai l’impression de courir partout, sans jamais vraiment en profiter.

J’ai rencontré beaucoup de voyageurs avec cet état d’esprit, remettant en cause la suite de leurs voyages à cause de la fatigue engrangée.

J’ai eu de la chance, j’ai su m’écouter très tôt, en adoptant le slow travel. En voyageant différemment mais surtout à mon rythme.

Ne pas culpabiliser

Ce n’est pas évidement… Ne pas culpabiliser alors que sur le papier on a tout pour être heureux ! Des paysages, des rencontres, des activités… 

Se reposer pour certains devient impensable. Ils culpabilisent dès qu’ils ne font rien, ou s’accordent un moment à eux.

Je culpabilisais aussi au début, puis j’ai fini par accepter que se reposer faisait aussi partie du voyage, surtout si je devais tenir sur le long terme.

Et toi, comment gères-tu la fatigue en voyage ? Dis le nous en commentaire.

Si tu as aimé cet article, je t’invite à laisser 5 étoiles

Pense également à t’abonner à La Lettre afin de recevoir des conseils exclusifs sur le voyage solo au féminin.

Si tu as aimé cet article alors donne lui 5 étoiles

Note moyenne 5 / 5. 1

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Mélanie

Bonjour aventurière et bienvenue, Sur ce média, j'accompagne les femmes à oser voyager seule, à s'émanciper, et à partir à la découverte d'elle-même à l'aide de contenus de qualités et pertinents ! Mélanie, 33 ans, originaire du Mans. J'ai tout quitté en 2017 pour voyager à travers le monde. J'ai voyagé en sac à dos à travers l'Amérique latine, l'Australie, les États-Unis d'Est en Ouest, ainsi qu'en Europe. En 2021, je deviens digital nomade, depuis je voyage la moitié de l'année

Laisser un commentaire